Comics Lug
 




Comics-Lug sur Facebook                                                                                                                           Qui était Lug ?     Glossaire des Comics      Index Alphabétique     CONTACT 
F
Comics-Lug sur Facebook
 



Steve Ditko

La grande escroquerie de Marvel
     (article tiré de Geek N°61ère partie




Marvel a enfin signé un accord avec Sony afin que le personnage de Spider-Man apparaisse dans ses films. La "maison des idées" a également annoncé la sortie en 2016 de Doctor Strange, mais savez-vous que ces super-héros sont les créations de Steve Ditko et qu'il ne touche pas un centime sur leur exploitation ?


Jamais filmé, on ne connaît de lui que deux photos datant des années soixante, Steve Ditko est un dessinateur secret qui est devenu une légende des comics. Volontairement dans l'ombre, il refuse catégoriquement toutes interviews et ne travaille qu'avec Robin Snyder, un petit éditeur discret. Ce résident de la "Grosse Pomme" est paradoxalement au coeur de nombreuses attentions. En 2007, Jonathan Ross (l'Antoine de Caunes anglais), lui a consacré le documentaire In Search of Steve Ditko, qui a été tourné pour la BBC. Si vous ne le savez pas, le papa de Spider-Man a influé sur le monde des comics. Frank Miller, Bernie Wrightson et Mark Millar, pour ne citer qu'eux, ne font pas mystère de leur admiration et du rôle vital que tient Ditko dans leur mode d'expression. Bien qu'il soit philosophiquement aux antipodes, Alan Moore s'est inspiré des deux justiciers intransigeants de Ditko, The Question et Mr A, pour concevoir son Rorschach dans les Watchmen.


Noir c'est noir et blanc c'est blanc. Ayn Rand, le nom est lâché. Impossible de parler de Steve Ditko, sans évoquer la mémoire de cette philosophe radicale, à l'origine du mouvement Objectiviste que l'on pourrait classer dans le camp des néo-conservateurs américains. Rand a dicté au dessinateur sa conduite dans l'industrie des comics, ses choix éditoriaux, elle l'a poussé au suicide commercial et à une certaine marginalisation. Ayn Rand (1905-1982), d'origine juive et russe, est une anti-communiste qui avait décidé de quitter son pays pour les Etats-Unis dont elle admirait l'optimisme et les "vertus" du capitalisme libéral. Scénariste pour Hollywood et romancière, on lui doit le scénario du célèbre film Le Rebelle (1949) avec Gary Cooper qui résume bien sa philosophie. Comme l'architecte, héros du film, Rand estime que les individus les "plus brillants" sont sans cesse brimés par la médiocrité de la masse et des institutions. Pour la mère de l'objectivisme, seul un refus de tout ce qui peut ressembler à un collectif et une mise en pratique de l'égoïsme, peut permettre à l'homme d'évoluer. Si d'un côté elle se positionne dans le camp progressiste en défendant l'athéisme, le droit des femmes et des homosexuels, Ayn Rand prône une justice sans pardon, pense que le marché ne supporte aucune forme de contrôle et que le principe de solidarité est le début de la tyrannie. Elle peut être située à droite de Georges Bush sur le diagramme de l'idéologie politique. Ayn Rand pense que le doute et la compassion sont l'apanage des faibles et qu'une chose ne peut être que bonne ou mauvaise. Pas de place pour le gris dans le monde en noir et blanc de Rand et Ditko.



Ditko, Maître du fantastique. Steve Ditko commence vraiment sa carrière au milieu des années cinquante, en dessinant de courtes histoires horrifico-fantastiques à chutes, à la manière des EC comics (Tales From The Crypt). D'abord influencé par Joe Kubert (Hawkman, Sgt. Rock) et Mort Meskin (Black Terror, Starman), il trouve rapidement ses marques et son style particulier. Pour Charlton, un éditeur du Connecticut dont les super-héros ont inspiré les Watchmen, il développe le personnage du Mysterious Traveller qui annonce Doctor Strange. Parallèlement, il intègre Marvel qui n'a pas encore relancé la mode des super-héros. Ditko est alors un véritable stakhanoviste des comics et dessine pour de nombreuses publications aux noms évocateurs tels que Out of This World, This Magazine is Haunted, Tales of the Mysterious Traveler, Unusual Tales, Tales of Suspense et Strange Tales. Au début des années soixante, Ditko a déjà un style bien reconnaissable avec ses mains aux poses étranges, ses gros plans sur des visages exorbités, son travail sur les ombres sans oublier son goût pour alterner les scènes urbaines et les représentations d'univers fantasmagoriques. Alors que les histoires d'horreur et de monstres commençaient à lasser les lecteurs, Stan Lee relance le concept des super-héros et Jack Kirby lui amène de 1961 à 1962 sur un plateau d'argent les Fantastic Four, Hulk et Thor. Au niveau des scénarii, la "Méthode Marvel" instaurée par Stan Lee est très simple. Lee débarque avec un pitch et quelques suggestions. Au dessinateur de concevoir les personnages, toute l'histoire et le découpage. Une fois les planches achevées, Lee remplit les bulles de ses dialogues et s'occupe du service après-vente auprès des médias qui suivent de près ce renouveau du genre super-héroïque. Les héros Marvel touchent la jeunesse en affichant des personnalités "inadaptées" qui tranchent avec l'esprit très boy-scout des personnages de chez D.C. Malgré cette organisation, le statut du dessinateur reste celui d'un simple employé sous contrat, ce qui ne lui donne aucun droit sur ses personnages.


Steve Ditko invente Spider-Man. A l'époque, Stan Lee est informé que le titre Amazing Fantasy va connaître ses derniers jours, si on ne trouve pas une solution pour relancer ses ventes. Les Fantastic Four, Hulk et Thor ayant connu un franc succès, Lee décide d'exploiter le filon et appelle Jack Kirby à la rescousse. Steve Ditko est lui aussi engagé afin d'encrer les six premières pages de la série dessinée par Kirby. Ditko est peu enthousiasmé par ce qu'on lui met sous les yeux, soit : un orphelin adolescent qui se transforme en super-héros grâce à une bague magique. Ditko fait remarquer que Kirby avait déjà conçu une série similaire, The Fly, pour Archie Comics en 1959. Lee donne gain de cause à Ditko et demande à son frère Larry Lieber de revoir sa copie. C'est donc à Lieber que l'on doit l'idée que Peter Parker devienne Spider-Man en se faisant piquer par une araignée radioactive. Par contre, c'est à Ditko que l'on doit les fondamentaux de la série. Contrairement à Kirby à l'aise pour donner vie à des héros musclés, majestueux et cosmiques, Ditko excelle dans la description d'univers urbains et sombres, peuplés de personnage émaciés aux positions bizarres dont le visage est déformé par des sourcils qui expriment la frustration. Peter Parker est un étudiant endimanché et binoclard, entouré de jeunes qui le montrent littéralement du doigt. Devenu Spider-Man, il décide de lutter pour la justice après avoir été traumatisé par la mort de son oncle tué par un malfaiteur qu'il a refusé d'arrêter après une représentation de cirque. Une origine morale qui peut être résumée par la phrase clé de la série : "Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités." Très vite, le numéro 15 d'Amazing Fantasy est un succès et Marvel décide de donner au tisseur de toile sa propre série. Dès lors, de son N°1 en 1962 au N°38 en 1966, Steve Ditko va définir le monde de Spider-Man grâce à une galerie de personnages étranges et un univers urbain inimitable. Pour "alléger" la série, Stan Lee ajoute de l'humour dans les dialogues entre Spidey et ses super-ennemis. On peut également ajouter au crédit de Stan Lee l'aspect "soap opera" du comics, Ditko étant plus concerné par ses considérations Randiennes.


                                                                                                 A suivre...


 

 
 



Créer un site
Créer un site