Comics-Lug sur Facebook




 

Stan Lee raconte les origines de Méphisto  (Extrait du Strange Spécial Origines 151bis de juillet 1982)    2ème partie

 

Strange Spécial Origines 151bis

Et toujours ces problèmes de style oratoire ! On finit par se demander ce que j'attends pour créer des personnages qui s'expriment comme tout le monde, nom d'un chien ! Enfin, origine subcosmique et idéalisme mélancolique obligent : pas question de lui faire tenir des discours style Denis la Menace. Quant à l'argot de la rue, il ne l'aurait même pas compris ! Bref, à défaut de mesures exceptionnelles, le Surfer risquait de devenir l'individu le plus prodigieusement rasoir de ma connaissance et de la vôtre. C'est pourquoi j'avais mis au point à son intention ce répertoire semi-poétique, pseudo-biblique, para-classique. Autant vous dire que dans ces conditions, écrire un dialogue n'était pas de la tarte. Il m'arrivait de me demander moi-même ce que j'avais bien pu vouloir lui faire dire...


Et si j'avais su ce qui m'attendait ! Au fil des scénarios l'habitude rendait l'élocution du Surfer plus facile. Et puis apparut Méphisto. Et là, la difficulté majeure consistait à lui donner le même registre qu'au Surfer, tout en rendant une impression diamétralement opposée. Deux personnages usant du même style, non merci, c'est un peu trop pour un seul épisode. Chaque réplique de Méphisto me coûta par conséquent une bonne demi-heure de cogitations, alors que l'Homme Sable ou Doc Octopus m'auraient pris cinq minutes à tout casser. et je ne parlerai que pour mémoire du problème supplémentaire posé par la prestation de Buscema. Mettez-vous à ma place : vous arrivez avec vos grands pieds et un speech à caser en plein milieu d'un chef-d'oeuvre signé Big John. Il y a de quoi crier à la profanation et au sacrilège, non ? Chaque mot me posait un vrai cas de conscience !



Quand même, Méphisto avait ses bons côtés : justement parce que sa personnalité n'en comportait aucun, si paradoxal que ça paraisse. C'est le Mal à l'état pur, l'être par définition incapable du moindre bon mouvement, l'irrécupérable total sur le plan moral. Bref, une psychologie assez facile à cerner pour l'homme de lettres chargé de ses destinées : ses réactions et ses actes deviennent prévisibles, inéluctables. Car il ne faut pas oublier ce point capital de la création littéraire : à peine mis sur pied, le héros devient une créature vivante et autonome avec laquelle l'auteur doit se familiariser, s'il veut comprendre ses motivations et donner un caractère cohérent à ses tribulations. Mieux vous connaissez un personnage, plus il est facile de prévoir son choix face à une situation donnée et de trouver le ton du dialogue. En ce qui me concerne, j'ai fini par entrer de plain pied dans les scénarios que je rédige... à tel point que ma femme passe à tout moment la tête par la porte de mon bureau en me demandant si c'est à elle que je m'adresse ! Par un processus presque inconscient, en effet, j'articule à voix haute la réplique de mon personnage, afin de m'assurer qu'elle sonne juste à l'oreille. Dans le cas contraire, on efface tout et on recommence.


Encore un détail avant de vous laisser accéder à "la Puissance et la Gloire". J'ai horreur, disais-je, de mutiler les divins chefs-d'oeuvre de Big John par des dialogues intempestifs : ceci explique la disposition apparemment anarchique des bulles, en haut ou en bas du dessin, voire en marge ou à cheval sur deux vignettes. J'indique moi-même leur emplacement, et cette décision me prend parfois plus de temps que l'élaboration de tout le scénario. Mais chut ! Nous touchons là un des secrets les plus inviolables de Marvel. Enfin, vous êtes prévenus : ne vous laissez pas fâcheusement influencer par ce sac de noeuds qu'est la succession des ballons, allez de l'avant, et bonne chance !


Une minute de silence, je vous prie : Méphisto s'apprête à quitter le Royaume des Ombres pour affronter le Surfer. Au fait, vous ne le verrez apparaître qu'à partir de la planche 7, mais je suis bien tranquille : les six premières comportent assez de suspense pour combler les plus exigeants d'entre vous. Allez, maintenant... C'est parti pour la confrontation du siècle !


 

Voir aussi : Surfer d'Argent in Strange 49  /  Jack Kirby  /  John Buscema  /  Stan Lee raconte Ms Marvel  /  Stan Lee  /  Lee dans Comic Box Hors Série  /  Stan Lee raconte Daredevil  /  Lee raconte le Dr Strange  /  Lee raconte Hulk  /  Lee raconte Iron Man  /  Lee raconte la Veuve Noire / Lee raconte les 4 Fantastiques  /  Lee raconte Crâne Rouge  /  Lee raconte Fatalis  /  Lee raconte les Vengeurs  /  Lee raconte les X-Men  /  Lee raconte Médusa  /  Lee raconte Spider-Man  / Stan Lee raconte Méphisto (1)  /
 

 
 
 



Créer un site
Créer un site