Comics-Lug sur Facebook


Scarce 49 de l'hiver 1996 - 74 Pages - Trimestriel - 60 francs.

Scarce 49

Page 3 : Editorial et Sommaire.

Page 4 : Sous pli discret.

Page 9 : The Avengers, une équipe hors du commun.
C'est en septembre 1963 (un peu avant, du fait des habitudes de datation des comics) que Stan Lee et Jack Kirby (voir couvertures originales) livrent à la postérité le premier numéro d'un comic book qui dépassera le cap des quatre-cents parutions, The Avengers.

Page 10 : Voici venir les Avengers.
En octobre 1961, quand Stan Lee signe le bon à tirer de Fantastic Four 1, il est loin de se douter que ce modeste paraphe serait l'élément fondateur de l'univers de bande dessinée le plus riche qui soit.

Page 14 : Les années Buscema.
De juillet 1967 à mai 1971, Avengers connaît une période magique qui, d'une certaine manière, constitue le creuset de la série telle que nous l'avons connue jusqu'à ces dernières années (du moins jusqu'à ce que Robbie et sa clique ne décident de tout reprendre à zéro...). Artisans de cette reprise en main, Roy Thomas et John Buscema (voir l'article de Strange 49) y scellent le début d'une longue collaboration qui trouvera sa consécration dans les pages de Conan the Barbarian.

Page 18 : Une vie de Robot.
Parmi les multiples créations de Roy Thomas qui passeront à la postérité, The Vision tient une place à part, tant ce personnage est à la croisée de beaucoup de chemins.

Page 20 : Une fin de règne en apothéose.
Les numéros 89 à 104 constituent le chant du cygne de Roy Thomas sur la série, mais cette période est également marquée par la présence d'excellents dessinateurs.

Page 22 : Avengers 105-151.
En novembre 1972, le Marvel Universe a plus de dix ans d'âge, et la première génération d'auteurs a déjà tiré quelques glorieuses cartouches aux côtés de leur père à tous, Stan "The Man Himself" Lee. La première vague est maintenant aidée de jeunes (et besogneux) scénaristes parmi lesquels Steve Englehart qui va donner quelques belles pages à Avengers.

Page 26 : Mantis.
De nombreux personnages émaillent le travail d'Englehart d'apparitions réccurentes. Sans doute privilégiée, Mantis, personnage créé pour Avengers au début de sa carrière, lui a donné de fréquents rendez-vous, chez Marvel, mais aussi chez d'autres éditeurs.


Page 28 : Roulette Russe et Roll Call.
Le début de la période qui suit est marquée par un grand nombre de changements, tant parmi les auteurs que parmi les héros. Malgré cela, la bande présente une fluidité de lecture remarquable, grâce à un suivi éditorial de qualité qui faisait cruellement défaut auparavant.



Page 34 : Preacher, un drôle de paroissien.
Le joli et littéraire Sandman terminé, Vertigo nécessitait une nouvelle série-culte. Dans un genre très différent, ce sera Preacher.

Page 38 : Ghost Reader.

Page 42 : Marvel vs DC...
Premier crossover d'envergure entre Marvel et DC depuis des années, la mini-série Marvel Vs DC débouchera sur l'ambitieux Amalgam qui vient de connaître une séquelle, All Access.

Page 46 : Une affaire de clone(s).
Piqué par une araignée radio-active, Peter Parker devint un être aux super-pouvoirs, Spider-Man (voir sa fiche Marvel Universe). Plus tard, il eut un clone. Puis, l'histoire se mettant à bégayer, il en eut une multitude d'autres. A la fin, le monde entier fut recouvert de tels clones. Mais qui était le vrai Spider-Man et existait-il seulement encore ?

Page 52 : French News.

Page 56 : Julius Schwartz.
Né dans le Bronx en 1915, Julius Schwartz, qui répond aussi au diminutif de Julie, est un personnage incontournable de la scène historique de la littérature populaire, que cela soit dans le domaine du comic book, qui nous intéresse plus particulièrement ici, que dans celui de la science fiction. En effet, dans ce genre, il fut avec Mort Weisinger, un membre actif du tout premier fandom relatif à ce genre littéraire.

Page 69 : The Daily Scarce.


 
 
 
 



Créer un site
Créer un site