Comics-Lug sur Facebook


Scarce 48 - Automne 1996


Trimestriel - 60 Francs


74 Pages

Scarce 48

Ultraverse (P.9).

A l'heure où le petit monde des comics se morfond dans un marasme rare et apparemment sans issue visible, il est intéressant de jeter un regard sur un passé pas si éloigné où l'échelle de Richter de l'actualité mensuelle n'en finissait pas de trembler.

Une pluie de Héros (P.10).

Prime, l'enfant-héros (P.15).
Prime fut la série la plus populaire de l'Ultraverse, et il est vrai qu'elle comporte quelques qualités rares et spécifiques que nous allons nous attacher à vous faire découvrir.

Hardcase (P.16).
Au lancement de l'Ultraverse, il fallait nécessairement un personnage emblématique. Hardcase, véritable boy-scout à faire pâlir de jalousie le Clark Kent de DC, empoigna avec vigueur ce rôle sous la houlette dynamique de James D. Hudnall.


Celui qui est Elle... (P.17).
Quand un guerrier millénaire troque son armure et ses armes contre la robe et les arcanes d'un magicien, les choses ne sont pas déjà si simples qu'il lui faille, en plus, supporter un changement de sexe...

 
Night Man (P.19).
A l'heure où tous les chats sont gris et où les chauves-souris prennent leur envol, un héros solitaire sort de son repère pour veiller sur notre sommeil et combattre le mal sous toutes ses formes. La nuit lui appartient. Il se nomme... the Night Man.

Une limace parmi les héros... (P.20).
Dans sa politique courageuse de privilégier le texte par rapport au dessin, Malibu a engagé le très intéressant Steve Gerber pour leur livrer une série dans la grande tradition des héros monstrueux des années soixante-dix.

Rune, l'ultra-vampire (P.21).
Entamée sous les meilleurs auspices, la carrière de Rune va rapidement virer au cauchemar avant de tourner court, malgré quelques soubresauts et apparitions remarqués au sein-même de l'univers Marvel.

Neuf questions à... James D. Hudnall (P.23).



Age of Marvel (P.26).
Le rachat de Malibu par Marvel, courant 1995, s'il correspond bien à l'image expansionniste que s'est forgée depuis quelques années la compagnie, demeure malgré tout un mystère pour le grand public tant s'avéra incohérente la politique éditoriale qui s'en suivit.

Interview Steve Englehart (P.29).
Décrié chez nous, Steve Englehart n'est pas seulement l'auteur d'un Silver Surfer (sur lui voir l'article de Strange 49) remodelé : il reste surtout à l'origine de nombreux classiques des années soixante-dix et quatre-vingt. Si son parcours peut aujourd'hui sembler anticonformiste, il n'en demeure pas moins une valeur sûre du comic-book. Nous avons rencontré un homme heureusement peu rancunier, pratiquant notre langue, et d'une gentillesse à la hauteur de sa loquacité...

De l'éducation des Chats Sauvages... (P.44).
Les WildCATs suscitent l'enthousiasme ou la haine du public, et séduisent au moins deux éditeurs français. Jim Lee n'ayant pas tout dit dans son interview du dernier Scarce, il est temps de faire le point sur cette série à la durée significative.

Vie et mort(s) du Professeur Xavier (P.47).
Personnage difficile à manier, il est depuis trente ans la figure emblématique des titres X, celui qui a forgé le rêve d'une coexistence pacifique entre homo sapiens et homo superior, celui sans lequel rien ne serait jamais arrivé dans l'univers mutant tel que nous le connaissons.

L'Apocalypse dans tous ses états (P.53).
Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur les X-Men ! "Age of Apocalypse" a fait exploser trois décennies de sacro-sainte continuité Marvel et vous projette dans un monumental What If qui touche l'intégralité des titres Marvel...

Une série dans la série (P.62).
Grendel : War Child constitue un arc sur lequel nous choisissons de revenir plus particulièrement pour plusieurs raisons, la principale étant que les lecteurs français ne connaissent la saga de Grendel que par l'intermédiaire de la traduction sous forme d'albums de ces dix épisodes, et ce grâce à Dark Horse France.

Le crépuscule des Héros (P.65).
Trois années après son avènement, la ligne de comics lancée par Dark Horse Comics, au cours de l'été 1993 et sous le nom - très modeste - de Comics Greatest World (voir Scarce 41), a vécu. Bilan d'une expérience ratée qui consacre l'écrasante domination des "institutionnels" que sont Marvel et DC dès lors qu'il s'agit de parler de super-héros.

The Daily Scarce (P.69).



 

Voir aussi : Comic Box 8 / Interview de Stan Lee / Marvel 1 / Comic Box HS 3 /
 
 
 



Créer un site
Créer un site