Comics-Lug sur Facebook



Les héros de Stan Lee sur les petits et les grands écrans


 

Stan Lee est promu directeur de publication chez Marvel en 1972. Sa grande ambition est alors de transposer ses héros de papiers sur les écrans, qu’ils soient de télévision ou de cinéma. Malheureusement, les effets spéciaux de l’époque ne permettent pas encore d’aborder le genre avec sérieux et réalisme. Les premières séries sont très mauvaises. Au vu de celles-ci, le monde du cinéma n’est vraiment pas impatient d’accueillir les super-héros du grand Stan. Seul le Superman de Richard Donner (1979), avec Christopher Reeve et Marlon Brando, sort du lot sur grand écran.
 
 
Quant aux séries, elles sont d’une nullité qui, à l’époque, pouvait passer pour de la naïveté enfantine, le jeune public étant la cible prioritaire. Il faut avouer également une absence de moyens financiers qui se fait énormément sentir à l’écran. A cause de ces deux faiblesses, il en résulte des séries oubliables (Spider-Man, Dr Strange [1 téléfilm servant de pilote pour une série finalement annulée], Captain America [plusieurs téléfilms à la fin des 70’s, un navet en 1990 par Albert Pyun]), mis à part Hulk (82 épisodes et 5 téléfilms [voir Le Retour de l'Incroyable Hulk] de 95 mn de 1977 à 1982) qui dure tout de même cinq saisons.
 
 
La fin des 80’s voient enfin l’arrivée des héros Marvel au cinéma, maisLe Captain America dans les téléfilms des années 70. les résultats sont beaucoup plus proche du nanar de série Z que du chef-d’œuvre (Punisher en 1989 par Mark Goldblatt, Captain America, Les Quatre Fantastiques en 1992 produit par Roger Corman…).


 
Le miracle arrive en 1998 avec le film Blade de Stephen Norrington, d’après un personnage tiré de Tomb of Dracula créé par Marv Wolfman et Gene Colan en 1972. Le succès est au rendez-vous. Marvel se redresse financièrement grâce à Blade et cette réussite au box-office permettra au film X-Men (Bryan Singer en 2000, suivi de X-Men 2 et 3 de qui déjà ?) de voir le jour. Lui-même permettra à Spider-Man (Sam Raimi, 2002) d’exister. La malédiction était brisée… et Stan Lee est aux anges.

 










 

 



Créer un site
Créer un site