Comics Lug
 




Comics-Lug sur Facebook                                                                                                                           Qui était Lug ?     Glossaire des Comics      Index Alphabétique     CONTACT 

La Vie du Collectionneur
Les "comics" américains

(Article paru dans La Vie du Collectionneur n°447 du 7 février 2003).




 
Les bandes dessinées Fantask, Strange et Marvel ont séduit plusieurs générations d'adolescents français qui s'identifiaient aux superhéros comme Iron Man, L'Araignée, les Fantastiques... Aujourd'hui, ces périodiques sont âprement recherchés.


 
Le journal de bandes dessinées (traduit par "comics" en américain) Fantask, qui paraît en France en février 1969, cause un véritable choc aux amateurs du genre. Ceux-ci découvrent une fabuleuse BD qui est publiée par les éditions LugLyon) à qui nous devrons également, par la suite, les incontournables Marvel et Strange. Présentée sous un format de 15 x 21 cm, cette revue de cent pages, tout en couleurs, est entièrement dédiée aux créations du plus fabuleux scénariste américain : Stan Lee.


 
Le premier numéro présente les aventures de superhéros qui ont pour noms les Fantastiques ("Fantastic Four"), l'Araignée et le Surfer d'Argent (voir article de Strange 49). Les dessins sont dus respectivement à Jack Kirby (voir ses couvertures originales), Steve Ditko et John Buscema. Les deux premières bandes sont de très bonne qualité ; toutefois, l'émerveillement vient de la troisième, le Surfer d'Argent, héros et héraut cosmique, sensible et déchiré, bondissant de planète en planète et voué à errer sans fin dans les galaxies. Aux scripts inventifs et délirants de Stan Lee, s'ajoute la patte du talentueux dessinateur, véritable magicien du graphisme, John Buscema. Ce dernier ne craint pas de bouleverser les cadres et de réarranger les perspectives. Les corps évoluent dans l'espace comme les danseurs sur une scène. Cette action, ce dynamisme, alliés à un très bel encrage, font de cette série la préférée des lecteurs.


 
Malheureusement, Fantask, en raison d'une censure trop zélée qui critiqua les couleurs et la violence - on en sourit aujourd'hui - n'eut qu'une brève échéance. Au total, sept numéros furent publiés entre février et août 1969. Inutile de dire que ces numéros restent très convoités de nos jours ; et que tout véritable amateur du genre se doit de posséder dans sa bibliothèque, au moins cette série.


Quelques mois après la fin de Fantask, deux autres fascicules sont lancés : Strange en janvier 1970 et Marvel en avril 1970. De plus petit format (18 x 13 cm), ils sont dépourvus de couleur. Seul le trait noir est rehaussé d'une teinture dégradée monochrome. De nouveaux héros, inconnus jusqu'alors, font leur apparition. Ainsi, Strange présente les X-Men, un groupe de mutants surdoués dans la veine des Fantastiques ; mais aussi Iron Man (script d'Archie Goodwin et dessins de George Tuska), sans oublier le justicier aveugle Daredevil de Stan Lee ; les dessins étant de Wallace Wood. Enfin, le fan se trouvait comblé par le retour du Surfer d'Argent.


Marvel, lui, permet de retrouver les Fantastiques et l'Araignée (voir sa fiche Marvel Universe), qui voisinent désormais avec un autre superhéros, Captain Marvel, dont le script est dû à Roy Thomas, assisté de Gene Colan pour le graphisme.


 
Malgré une légère déception due au manque de couleurs, la magie opère de nouveau. Le lecteur, au fil des 130 pages, se délecte de ces aventures brossées avec maestria par Stan Lee. Certaines créatures, comme Daredevil ou l'Araignée, éprouvent les mêmes problèmes sentimentaux que les humains ; ce qui les rend plus proches et plus attachants.


En novembre 1970, pour le plus grand bonheur des amateurs, Marvel et Strange, grâce à une courageuse initiative des éditions Lug, paraissent en couleurs et en format 16 x 23 cm. Mais hélas, Marvel est également frappé par la censure. Le répit aura été de courte durée : le numéro 14 de mai 1971 ne sera jamais imprimé. Désormais Strange reste seul en lice, au grand désarroi des lecteurs. Malgré tout, il se révélera au fil des années comme le seul et incontournable magazine de superhéros et de supervilains, enthousiasmant le public, jeune ou plus ancien.



La source se tarissant quelque peu, d'autres scénaristes comme David Michelinie, Marv Wolfman, Bill Mantlo, Tom Defalco ou Jan Strand essaient de prndre la relève et de donner un nouveau souffle à la revue. Mais malgré certains efforts et des dessinateurs talentueux comme Keith Pollard ou John Romita Jr, et même un nouveau costume pour l'Araignée, rien n'y fait. Strange termine sa course en décembre 1996, après moult aventures et une kyrielles de productions rattachées : Spécial Strange, Spidey, Nova, Titans, etc. Avec ses 324 numéros, il aura marqué plusieurs générations de lecteurs.


 
Les superhéros
Stan Lee aura toujours été plus loin dans l'insolite et le fantastique. Ses séries nous déroutent : lutte fracassante de robots, chevauchées galactiques, planètes en déliquescence, mondes sur le point d'être détruits, univers parallèles... Néanmoins, si les héros sont dotés de superpouvoirs, ils gardent des qualités et des sentiments humains. Et tout naturellement, dans la lignée de ces créatures, est née toute une armada de superhéros et de supervilains aux pouvoirs démesurés.
 
 
Les Fantastiques
Lorsqu'en 1961, on vit apparaître dans les kiosques le premier numéro des Fantastiques ("The Fantastic Four"), celui-ci se présentait à ses lecteurs comme "le plus grand magazine de bande dessinée du monde !". Les numéros suivant prouveront que cette affirmation n'était pas usurpée.
Suite à un vol dans l'espace, la fusée qui transporte quatre passagers est frappée par un orage de rayons cosmiques. Les passagers qui se trouvent à bord se voient exposés un court instant à ces radiations. Leur vie en sera totalement transformée. Ils deviendront la plus grande équipe de superhéros de toutes les annales de la littérature d'aventures.
Reed Richards se transforme en M. Fantastic, superélastique dont le corps peut prendre toutes les formes. Sue Storm, sa fiancée, devient l'Invisible et son jeune frère, une fougueuse Torche Humaine. Quant à Ben Grimm, le pilote, il se métamorphose en une masse inhumaine de superforce ; on l'appellera la Chose.
Suite à un caprice du destin, ces quatre superhéros s'attelleront à combattre une multitude de supervilains, tirant toujours leur épingle du jeu...



 
Le Surfer d'Argent : l'exilé du cosmos
Les lecteurs de Fantask découvrent, en 1969, l'incroyable transformation de Norrin Radd en Surfer d'Argent. Cette histoire atteint une réelle perfection tant le dessin s'harmonise avec le scénario. Stan Lee à réussi à trouver un dessinateur capable de traduire non seulement l'épopée cosmique du Surfer, mais aussi la tristesse de cette quête d'un amour impossible et d'un pays perdu à jamais. Les images de John Buscema allient vraiment puissance et beauté. Ce personnage bleuté parcourant le cosmos sur un surf d'argent est réellement fascinant. Il est condamné à errer sur la terre après sa rébellion contre Galactus, le dévoreur de planètes. Le Surfer d'Argent est un héros tragique muré dans une inéluctable solitude, condamné à errer sans fin dans un monde qui lui est hostile.
 
 
L'étonnante Araignée
L'Araignée est sans doute le plus populaire des superhéros de Stan Lee. Il est doué de superpouvoirs à la suite d'une piqûre d'araignée radioactive ; mais il est, dans la vie de tous les jours, Peter Parker, un jeune étudiant, un rat de bibliothèque, timide avec les filles et, de surcroît, d'allure plutôt chétive.
Il décide, le jour où son oncle est assassiné par un cambrioleur, de mettre ses pouvoirs au service de la justice et de lutter contre les criminels. Il fabrique lui-même son fameux costume dans lequel il incorpore une réserve de liquide arachnéen ; celui-ci servant à fabriquer la toile magique qui emprisonne ses adversaires. Il possède par ailleurs un véritable sixième sens qui lui permet de sentir un ennemi à distance.
C'est le super antihéros de notre époque. Et même s'il triomphe, il rest humain. Ses ennemis sont nombreux. Parmi ceux-ci, on peut citer le Bouffon Vert, le Vautour, Dr Octopus, Kraven le Chasseur...
 
 
Daredevil, "l'homme sans peur"
C'est en 1964 que Daredevil apparaît pour la première fois. A la différence des Fantastiques, des X-Men ou des Vengeurs, c'est un superhéros qui agit en solitaire. Tout comme l'Araignée, il a une double identité. Si tout le monde connaît l'avocat Matt Murdock, nul ne sait qu'il est aussi Daredevil. Ce superhéros à une particularité assez insolite : il est aveugle. Rien en lui ne semblait annoncer un tel destin. Orphelin de mère, il a pour père un boxeur raté. C'est un enfant flué, ne pratiquant aucun sport, fuyant les bagarres entre copains. Par dérision, ses camarades l'ont surnommé Daredevil qui signifie casse-cou.
Un jour, en voulant protéger un aveugle, il est renversé par un camion et perd la vue. Mais il se rend compte qu'au détriment de ce sens perdu, d'autres se sont développés. Ces différents dons vont l'animer pour lutter contre le crime et les supervilains qui vont apparaître tels Electro, le Matador masqué, le Gladiateur, etc.
Doué d'un solide sens de l'humour, Daredevil ne se prend jamais au sérieux. C'est également un superhéros au comportement très humain. Et tellement sympathique.
 
 
L'invincible Iron Man
C'est en 1968 que furent publiées pour la première fois les aventures d'Iron Man. D'abord jumelées avec celles de Captain America, leur succès grandissant leur valut d'avoir un magazine propre.
Iron Man est né pendant la guerre de Corée. L'industriel et playboy Tony Stark fabrique des armes transistorisées. Atteint d'un balle à quelque centimères du coeur, il est sauvé par un savant, le professeur Yinsen. A eux deux, ils vont fabriquer le coeur artificiel qui va permettre à Stark de survivre. Seulement, ce coeur est enveloppé dans une pesante armure qui recouvre tout son corps. Le destin de cet homme autrefois heureux, insouciant et adulé, est particulièrement tragique. C'est vraiment le héros torturé qui ne connaît pratiquement jamais un instant de bonheur. Tous les combats qu'il livre contre les vilains se déroulent dans une atmosphère cauchemardesque, à mi-chemin entre le rêve et la réalité. Ses principaux ennemis sont la Licorne, le Contrôleur, le Mechanoïde ; parfois, il s'agit de toute une organisation comme la Maggia ou le Maître des espions. Etre à part, personnage angoissé, écrasé par son destin, il séduira de nombreux lecteurs.
 
 
Les X-Men, l'équipe insolite
En septembre 1963, les X-Men font leur apparition dans le monde de la littérature fantastique. Cette nouvelle équipe de superhéros est composée de jeunes mutants qui s'entraînent sous la direction du professeur Charles Xavier. Avec lui, ils luttent contre les supervilains et les criminels. Ces mutants sont bien humains mais leurs parents, atteints par des radiations atomiques, ont donné jour à des êtres doués de pouvoirs extraordinaires qui vont constituer véritablement une nouvelle race. C'est ainsi que les yeux de Scott Summers émettent une sorte de rayon laser foudroyant : de fait, ils s'appelle Cyclope.
Angel possède deux magnifiques ailes blanches soigneusement repliées sous ses vêtements. Hank P. McCoy, au corps massif, est doué de l'agilité et de la puissance d'un fauve. Quant au jeune Bobby Drake, Iceberg, il peut transformer en glace tout ce qu'il touche. L'équipe ne serait pas au complet sans la charmante Jean Grey qui a reçu le pouvoir de télékinésie. Elle devient Strange Girl.
Leur mentor, le professeur Charles Xavier, possède des dons de télépathie. C'est lui qui est à la tête de cette étrange équipe, leur donnant des conseils pour mener à bien leurs missions.
Les X-Men vont affronter bien des ennemis. Et tout d'abord la lignée des mauvais mutants dirigée par le puissant et maléfique Magnéto. Citons parmi eux le Crapaud, Vif-Argent et sa soeur Wanda, la Sorcière Rouge... Ils seront également amenés à combattre le Colosse, les Sentinelles, le Fléau, Facteur Trois, Grotesk, etc.
Leurs aventures seront nombreuses. Tous comme les Fantastiques, les X-Men auront de nombreux fans. Ici aussi, les superhéros conservent un aspect très humain, très apprécié du public. S'ils ont des pouvoirs très étendus et un courage à toute épreuve, ils peuvent connaître la peur et révéler quelques faiblesses. Leur épopée en tout cas est passionnante de bout en bout.
 
 
Les supervilains
Dans les comics, ce ne sont pas les supervilains qui manquent ; bien au contraire. Ils rivalisent d'ingéniosité pour faire le mal. Leur vie, c'est de nuire, de s'attaquer au bien que défendent les superhéros. En général, leur motivation a pour but la vengeance, la gloire et le pouvoir. Et bien souvent, ils sont proches du triomphe. Parmi la pléthore d'ennemis créés par Stan Lee, indiscutablement, certains se démarquent par leur étrangeté, leur côté insolite et obscur.
 
 
Le Docteur Fatalis
Parmi eux, on citera le Dr Fatalis, ennemi numéro 1 des Fantastiques, qui revient régulièrement troubler la vie de la plus célèbre équipe de superhéros du monde. C'est dans le cinquième épisode des Fantastiques (voir Fantask n°2) que le Dr Fatalis fait son apparition. On apprend qu'il fut, dans sa jeunesse, camarade de collège de Red Richards. Mais il est plus passionné de sorcellerie que de science et la magie noire l'attire tout spécialement. Un jour, il provoque invonlontairement une explosion dans laquelle il est grièvement blessé et défiguré. Il est dès lors obligé de cacher son visage horrible derrière un masque de fer. Chassé du collège, il part pour le Tibet où il va parfaire ses connaissances en sorcellerie. Après bien des pérégrinations, il s'installe définitivement dans un petit pays imaginaire d'Europe Centrale, la Latvérie, dont il devient le souverain. Il ne rêvera plus désormais que de conquérir et d'asservir le monde. Le Dr Fatalis est sans doute l'une des figures les plus fortes symbolisant le mal. On notera enfin que la tenue de Dark Vador dans la production cinématographique Star Wars évoque curieusement celle du Docteur Fatalis...
 
 
Le Bouffon Vert
Autre légende indiscutable dans le monde des supervilains : le Bouffon Vert. Cet étrange personnage au nom de clown et l'un des pires ennemis de l'Araignée. Son aspect assez comique relève plus de la farce que du drame. Sa tête est recouverte d'un masque grimaçant aux énormes oreilles. Son corps est revêtu d'un collant vert par dessus lequel il porte un maillot, des bottes et un bonnet pointu de couleur violette. Telle une sorcière dans un conte de fée, il se déplace sur un balai, seulement, le sien est à réaction ! A plusieurs reprises, le Bouffon Vert et l'Araignée s'affronteront ; mais le vilain ne sera pas définitivement vaincu. Personnage étrange mais captivant bien que dangereux, le Bouffon Vert reviendra souvent dans les histoires de Strange et ceci pour le plus grand bonheur des fans.
 
 
Le Docteur Octopus
En plus du Bouffon Vert, l'Araignée doit combattre son ennemi numéro 1 : le Dr Octopus qui revient épisodiquement menacer sa vie et sa sérénité. Le Dr Otto Octavius est un savant de génie ; l'un des plus brillants. Il a inventé un appareil, sorte de gilet d'où partent quatre gigantesques bras métalliques, qui lui permet de réaliser des expériences difficiles et de manier des produits chimiques hautement dangereux et radioactifs. Il espère maîtriser les radiations grâce à son appareil. Un jour, il est victime d'un accident qui lui affecte le cerveau. Se croyant victime de la jalousie de ses collègues, il en veut au monde entier. Lors d'un premier combat avec l'Araignée, celui-ci est battu et doit se replier. Mais ce n'est que le début d'une lutte acharnée qui va sans cesse opposer les deux ennemis et qui se termine en général sans vainqueur ni vaincu. Chaque fois, le Docteur Octopus en ressort vivant et sa haine pour le tisseur de toile est plus vive que jamais. Ce qui nous vaut sans cesse des aventures passionnantes.
 
 
Et pour quelques vilains de plus
D'autres supervilains vont indiscutablement se révéler ici ou là selon les aventures. Citons au passage, Galactus le dévoreur de planètes et ancien maître du Surfer d'Argent ; Maximus, le frère redoutable de Flèche Noire, leader des Inhumains ; l'équipe redoutable des Terrifics avec la séduisante Médusa ; le maléfique Sorcier et l'Homme Sable ; Kraven le Chasseur ; le puissant Namor, le maître des mers ; le terrible Magnéto, l'ennemi juré des X-Men ; Psycho Man ; etc.

                                                                       Dominique Martin de la Cruz


 

Voir aussi : Iron Man 1 à 115 / Iron Man 1 à 115 Partie 2 / X-Men 1 dans Strange 275 / Bolivar Trask / Les albums des X-Men / Iron Man 1 à 115 (3) / Iron Man 1 à 115 (Fin) / Les maisons d'édition de 1935 à 1955 / Octopus dans Strange 57 / Interview de Joe Sinnott / Gwen Stacy / Strange 192 / L'âge d'or des comics / Bill Sienliewicz / Couvertures de Sienkiewicz / Interview de Stan Lee / Ombrax Saga / Kraven le Chasseur / Le Bouffon Vert / Marvel 1Fantastic Four l'intégrale 1968 / Des super-héros qui doutent d'eux-mêmes / Album des FF "Le Maître des Maléfices" / Stan Lee raconte les origines de Spider-Man / Don Heck / Aredit-Artima dans Galador 1 / John Byrne et Iron Fist / Lee raconte les origines de Fatalis / Byrne et Iron Fist (2) / Fiches Super-Héros Spécial Origines 139bis / Comic Box HS 3 / Frank Miller / Bill Everett / Voici venir les Avengers (1) / Modok / Strange Spécial Origines 154bis / L'Homme-Taupe (Mole Man) / Dossier DD in Sp. Strange 100 / Le Docteur Octopus / Le Kangourou et le Pilleur / L'Homme-Loup (Galador 2) / Captain America entre en guerre / Interview de Denny O'Neil / Le Shocker in Strange 70 / Stan Lee raconte les origines des FF  /  Spidey 63  /  Comics US L'autre World Wide Web  /  Gary Friedrich  /  Interview de Gene Colan (1)  /  Les comics de 1955 à 1975  /  Fiches SH Sp. Origines 160bis  /  John Buscema in Strange 50
 
 
 



Créer un site
Créer un site