Comics Lug


 
 Qui était Lug ?   Glossaire des Comics   Index Alphabétique    CONTACT    
                            
Fantask 1 en PDF
Comics-Lug sur Facebook





 

Les premiers jeux vidéo de super-héros Marvel   (The Game 2 oct/nov 2014)Les Jeux Vidéo Marvel

 

Tisser la toile.
 

Si les héros de la Marvel sont mis en scène dans diverses séries télé depuis le milieu des années 1960 (depuis 1967 en série animée pour Spider-Man par exemple), aucun n'a connu d'adaptation vidéoludique avant 1982-1983. Sans doute consciente qu'un nouveau territoire était alors à défricher, la "Maison des idées" mène alors l'assaut sur deux fronts : d'abord en signant avec Parker Brothers alors connu pour ses adaptations de licence sur Atari 2600 (les Star Wars, Frogger, G.I Joe), ensuite en lançant son propre magazine de jeux vidéo : Blip. Et Marvel ne se prive pas d'user de son nouveau média lorsqu'il faut promouvoir son Spider-Man, publiant par exemple un "reportage" dans le numéro 2 de sa revue (mars 1983). On y voit le sémillant Stan Lee y accueillir la rédaction de Blip, ainsi qu'une quinzaine de jeunes joueurs - "Il faut avoir moins de 19 ans pour maîtriser ce genre de jeux !" souligne Lee – de manière à ce qu'ils s'essaient au jeu sur Atari 2600. Deux acteurs grimés en Spider-Man et en Bouffon Vert se joignent à la "fête" publicitaire. D'après Laura Nikolich, la programmeuse de ce Spider-Man, la création du titre découle encore une fois d'un manque de puissance de la machine : ici, le Tisseur chemine de bas en haut, lançant sa toile grâce à un algorithme sur la façade d'un immeuble pour progresser. Son but ? Atteindre la cime du building pour désamorcer une bombe gardée par le Bouffon Vert. Pur jeu d'arcade, Spider-Man fait peu, mais Nikolich a intelligemment délimité les possibilités en fonction du super-héros avatar. "Je n'ai jamais travaillé directement avec Marvel, le marketing s'en est occupé. Nous étions libres de designer les jeux tels que nous le voulions, tant que nous n'allions pas à l'encontre du contrat passé." Avec le krach américain de 1983-1984 qui voit les constructeurs consoles s'écrouler ou se désengager l'un après l'autre, l'exploitation des franchises sur console est mise de côté pour un temps. Très pragmatique, Marvel se rapproche alors du monde de l'informatique. Et, à cette époque, Adventure International règne sur le jeu d'aventure textuelle aux Etats-Unis.


Stan Lee présente le jeu vidéo Spider-Man
 

L'aventure internationale
 

"Je n'ai pas approché Marvel. Ce sont eux qui sont venus vers moi", rappelle Scott Adams, le fondateur d'Adventure International, et fan "cloneur" de la première heure de Colossal Cave Adventure (1976), le premier jeu d'aventure textuel. "Ils avaient pris la décision d'étendre leurs franchises au monde des ordinateurs personnels, et Adventure International était la première entreprise dans ce milieu (fondée en 1978, AI est effectivement la première société référencée sur le marché). J'étais évidemment enthousiaste. Je suis allé à Manhattan et j'ai fait la connaissance de Joseph Calamari qui m'a présenté à l'équipe créative. J'ai rencontré Jim Shooter, alors rédacteur en chef, et la plupart des artistes et encreurs. Lors d'une réunion plus tardive, j'ai aussi croisé Stan Lee qui m'a alors signé le premier comics de la série Questprobe. Mais les années font que cet exemplaire a été perdu." Très rapidement, Scott Adams tire son épingle du jeu. "Joe et moi avons discuté des détails du contrat et les choses ont progressé très rapidement. J'avais le droit d'utiliser n'importe quel personnage de l'univers Marvel. J'en suis alors venu à l'idée de la série Questprobe qui se passerait à la fois dans les comics et les jeux. Dans chaque comics, il y avait un passage où le lecteur devait jouer au jeu vidéo pour connaître cette partie de l'histoire." Du transmédia avant l'heure ! Reste que cette technique est d'autant plus compliquée à mettre en œuvre que les jeux et les comics devaient justifier d'une cohérence narrative propre. Abonné à tous les comics suite à ce premier entretien, Adams repart en Floride avec une version (non finale) de l'encyclopédie de l'univers Marvel dans laquelle il se plonge pour en sortir une trame originale.

Le projet est faramineux : douze jeux d'aventure textuelle et comics Questprobe à la narration liée et à la sortie étalonnée sur quatre ans. Soit trois jeux à boucler par an pour une équipe très réduite. Lorsqu'il s'agit de choisir le personnage à mettre en avant sur le premier Questprobe, Adams prend encore une fois la main : "Ils s'attendaient à ce que je débute par Spider-Man. Mais j'ai poussé pour mettre Hulk en avant." Si Adams a presque toute liberté pour rédiger ses scénarios, le pendant artistique est géré par Marvel, Joseph Calamari et Jim Shooter. "Jo et Jim ont sélectionné l'équipe Marvel : la crème de la crème. J'ai écrit l'histoire originale pour chaque comics et ils me renvoyaient les esquisses pour approbation avant de continuer. Pour les images des jeux, ils travaillaient avec mon équipe, nous procurant les dessins dont nous avions besoin et approuvant ceux que nous utilisions en interne. Ils voulaient être sûrs que nous allions maintenir un certain niveau de qualité." Après trois épisodes (Questprobe featuring Hulk, Featuring Spider-Man, Featuring The Human Torch and The Thing), la série s'arrête en plein développement d'un Questprobe Featuring X-Men pour cause de banqueroute d'Adventure International : "Ca aurait été le premier jeu X-Men, rappelle Adams. Plus d'un tiers était écrit, avec certaines énigmes, dont la finale, déjà finalisées." Le comics, terminé lui, sortira dans le volume 1 de l'anthologie Marvel Fanfare. Pour le jeu vidéo, les X-Men attendront.


 


 



 
Créé avec Créer un site
Créer un site