La genèse du crossover X-Men/Vengeurs (1ère partie)L'album Top BD titré Liens du Sang



"Etre un Vengeur vous confère un statut social, être un X-Man vous met au ban de la société", a dit un jour Scott Lobdell, scénariste des Uncanny X-Men. "En fait, il suffit de posséder une carte des Vengeurs pour bénéficier de tout le respect qui entoure le groupe alors qu'un X sur votre costume vous vaut aussitôt les pires persécutions".


Un samedi matin de la fin mars. Lobdell est à Los Angeles pour affaires personnelles mais il a emporté les X-Men dans ses bagages et dès sept heures, il est assis à sa table de travail. Mardi, en rrentrant à New York, il lui faudra présenter à Bob Harras, qui est responsable de publication des X-Men et des Uncanny X-Men, ainsi qu'au scénariste des X-Men, Fabian Nicieza, et au scénariste des Vengeurs, un scénario remanié.


Pour le responsable de publication des Vengeurs, Ralph Macchio, ce projet de crossover est un véritable casse-tête. En collaboration avec Harras, Nicieza à écrit un synopsis mais quand il l'a présenté à l'équipe rédactionnelle deux semaines plus tôt, Lobdell a trouvé qu'il manquait quelque chose.


Certes, l'idée que tout partirait d'une situation explosive qui mettrait à jour les tensions latentes chez les Vengeurs comme chez les X-Men lui plaisait. Partant du retour de Magneto dans l'épisode 304 des Uncanny X-Men, Nicieza proposait de centrer le scénario sur Vif-Argent (X-Factor) et la Sorcière Rouge (West Coast Avengers) : le frère et la sœur règleraient leurs comptes avec leur père. Crystal, l'ex-femme de Vif-Argent, jouerait également un rôle déterminant en provoquant une crise avec son mari. Toute l'équipe était d'accord pour reconnaître que les relations entre les personnages étaient un point essentiel. Macchio précise : "Nous voulions à la fois associer et opposer les deux groupes tout en évitant de produire un crossover qui se contenterait de dégénérer en bagarres".


Mais Nicieza allait encore plus loin dans l'émotion. Dans son scénario, Fabian Cortez, l'acolyte déchu de Magneto, devait se retourner contre lui, aller à Genosha, s'allier avec un groupe de mutants renégats bannis d'Avalon par Magneto. Lobdell proposa d'exploiter davantage l'épisode de Genosha. "L'histoire s'ouvre sur une guerre civile à Genosha, dit-il. Au cours d'une sorte d'holocauste génétique, les humains exterminent les mutants".


Les X-Men et les Vengeurs ont rarement fait équipe depuis leur création en 1963. Et jusque-là, dans les quelques crossovers où les deux groupes ont figuré, ils se battaient les uns contre les autres. Pourtant quand Tom de Falco avança l'idée d'un crossover pour fêter le 30ème anniversaire des deux équipes, cela sembla aller de soi. Quand les auteurs se mirent au travail, ils découvrirent que l'élaboration du scénario était une expérience encore plus stimulante que prévu et que chaque série en contenait déjà les ingrédients.


"A l'origine de ce projet, il y a bien entendu le trentième anniveraire des deux publications", dit Ralph Macchio. "Mais il y a probablement d'autres raisons toutes bêtes : Bob Harras et moi avons nos bureaux l'un à côté de l'autre, il écrit les scénarios des Vengeurs et édite les X-Men. C'était aussi le bon moment car nous venions de renouveler l'équipe des Vengeurs. Le groupe a des points communs avec les X-Men dans la mesure où ses nouveaux membres – un Inhumain, un dieu grec, un Eternel et un mortel, le Chevalier Noir – sont des marginaux".


Dans un premier temps, il fallut choisir les publications concernées par ce crossover. Selon Nicieza, Harras et lui avaient décidé que si le crossover devait avoir lieu dans les publications régulières plutôt que dans un one-shot ou une série limitée, il ne fallait pas qu'il s'éternise car il risquerait de perdre son impact émotionnel. "On a prévenu Ralph qu'il n'était pas question de produire une histoire qui s'étalerait sur 20 épisodes", dit Nicieza.


L'équipe opta donc pour un scénario en six épisodes qui commencerait dans Avengers 368 pour se développera dans X-Men 26, West Coast Avengers 101, Uncanny X-Men 307, Avengers 369 et trouver son épilogue dans X-Men 27. Uncanny X-Men 307 et Avengers 369 seraient des numéros doubles. Ce détail réglé, il ne restait plus qu'a imaginer un moyen de réunir les deux équipes. Macchio souligna que si les deux groupes avaient des raisons différentes d'exister, ils avaient en commun d'être composés de fortes têtes.


"La substantifique moelle des Vengeurs ou des X-Men, ce sont les personnages", dit-il. "Par conséquent, il fallait que la dynamique de groupe et les rapports entre les membres soient respectés dans tout le crossover. Par exemple, les Vengeurs n'ont pas besoin d'être ensemble comme les X-Men. Le fait d'être des mutants oblige ces derniers à rester groupés. Ils forment une équipe (on peut même dire une famille) pour se protéger".


A la fin janvier, tous les scénaristes, artistes et responsables de publication travaillant sur des titres de la série des Vengeurs furent réunis au St Mark Hotel à Manhattan pour élaborer un plan d'attaque destiné à insuffler un sang neuf à toutes ces publications à l'occasion du trentième anniversaire de la série principale. En ce qui concerne le crossover, l'idée de départ fut entérinée, à savoir une intrigue centrée autour de Vif-Argent, La Sorcière Rouge, Magneto et Crystal, dont Cortez serait l'instigateur.


"A plusieurs égards, ce crossover n'est qu'un prolongement de ce qui s'est passé dans les deux séries pendant les six derniers numéros", fait remarquer Nicieza pour qui l'idée des "liens de sang" et le rôle de Cortez constituent la suite logique des événements précédents. "Ces idées sont inspirées par les personnages aux-mêmes. Il y a des choses qui couvent depuis des années dans le Marvel Universe. Elles éclatent au grand jour à la faveur d'une coïncidence, comme le retour de Magneto, par exemple".


Cet aspect du scénario enthousiasma particulièrement Lobdell car elle lui offrait la chance d'approfondir le personnage de Magneto et d'imaginer la réaction de la Sorcière Rouge et de Vif-Argent en voyant réapparaître leur père avec la promesse d'un paradis pour les mutants, Avalon.


"Pietro et Wanda découvrent que leur père est un nouvel Hitler et le scénario insistera sur leur difficulté à accepter cette évidence", précise Lobdell. Cette révélation est surprenante à plusieurs titres : d'une part, la première femme de Magneto est morte dans un camp de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale ; d'autre part, Magneto se comportait plutôt comme un héros ces derniers temps. "Les victimes deviennent souvent bourreaux à leur tour", ajoute Lobdell. "Magneto finit par imiter les tortionnaires qu'il abhorrait et Vif-Argent et la Sorcière Rouge se trouvent confrontés à cette pénible réalité qui veut qu'un enfant maltraité maltraite à son tour ses enfants. Dans quel état seront-ils quand tout aura été dit et fait ?".



A suivre...


 


 
     
     
 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site