Comics-Lug sur Facebook



 

La Chose des Quatre Fantastiques             Article paru dans le Spécial Strange 5 de août 1976

 

Le plus étonnant des Super-Héros :
La Chose



"J'ai perdu le contrôle de la fusée! Mes bras sont trop lourds... Je ne peux plus la piloter... plus bouger!"

-Ben! Arrête! Qu'est-ce qui t'arrive... tu... te transformes!

-Sauve-toi, Red! Il s'est changé en une espèce de CHOSE... Il est devenu fort comme un boeuf!

-Te fatigue pas, vieux! On a pigé! Tu veux qu'on utilise nos pouvoirs pour servir l'humanité n'est-ce pas?

-Exact, Ben!

-Il n'y a plus de Ben... Je suis désormais ce que Jane a appelé... LA CHOSE!".

 

Ainsi naquit l'un des personnages les plus fascinants du monde des comics. Oui, Ben avait changé avec son corps massif de couleur orange, son visage effrayant, ses yeux enfoncés dans de profondes crevasses. Mais ce n'est pas parce qu'il correspond au mythe éternel du monstre au grand coeur que Ben est devenu le meilleur personnage du Marvel Comics Group, c'est plutôt la personnalité qui se cache derrière ce monstre qui en a fait une création vraiment unique dans le monde de la B.D.

 

Steve Gerber, scénariste, raconte: "A priori, je considérais la Chose comme un clown, mais à mesure que j'écrivai, je fus pris par sa personnalité". Comment la Chose a-t-il pu acquérir une telle présence face à des héros aussi prenants que La Torche et Mister Fantastic?

 

En fait, la personnalité de la Chose s'est affirmée au cours des différents épisodes et Stan Lee explique ainsi son évolution:

 

"Je demandais à Jack Kirby de me dessiner une créature grotesque énorme et puissante, que j'appellerais La Chose. Comme il arrive souvent avec les personnages secondaires, La Chose prit de plus en plus d'importance. Au début, il était cafardeux puis son humour se développa. C'est un homme intelligent, instruit, mais il se trouve si laid, si repoussant qu'il juge inutile de montrer son intelligence. Ben Grimm est un masochiste! Je suis littéralement tombé amoureux de La Chose! Pour moi, c'est le plus fascinant des Fantastiques. Ceux-ci forment une véritable famille, et c'est Ben Grimm qui la cimente. Red joue le rôle du père sur qui pèsent toutes les responsabilités. Il est sérieux, dépourvu de tout sens de l'humour. Je n'arrive pas à croire que Ben et lui ont le même âge. Pour moi, La Chose est un incorrigible gamin et c'est peut-être pour ça qu'il s'entend si bien avec la Torche. Ils se querellent et s'aiment comme deux frères."

 

M. Fantastic et La Torche ne sont pas les seuls repoussoirs de Ben, il y a aussi le Gang de Yancy Street. Il regroupe les jeunes voyous qui se bagarraient avec lui lorsqu'il était adolescent et ils se rappellent à son souvenir par des farces qui le rendent furieux. Mais en fait, ils l'aiment bien!

 

Au début, Ben Grimm est plein de rancoeur vis à vis de ses compagnons auxquels il reproche de ne pas être devenus aussi des monstres. Par la suite, il accepte son destin et s'intègre au groupe.

 

L'amour que Ben éprouve pour la jeune aveugle Alicia humanise encore sa personnalité. Cette idylle à première vue incroyable est l'une des plus touchantes du monde de Marvel, car elle est fragile. Ben se demande ce qu'éprouverait Alicia pour lui si elle le voyait et celle-ci se juge indigne de lui!

 

Dans les épisodes plus récents, la psychologie de la Chose s'enrichit encore. Sa tragique situation le rend plus perméable aux souffrances d'autrui. Il prendra même conscience des injustices sociales.

 

L'évolution de la Chose s'est traduite aussi dans le dessin. Les massives écailles qui le recouvraient ont pris l'aspect de la brique. Son visage est devenu plus anthropomorphe, sa peau plus claire, ses yeux bleus se cachent derrière d'épais sourcils de pierre. Il pose des problèmes aux dessinateurs! Et Rich Buckler qui a fait les crayonnés des derniers épisodes affirme: "Ce qu'il y a de plus difficile dans les Fantastiques, c'est d'apprendre à dessiner La Chose!" Mais tous ceux qui ont essayé l'ont fait avec plaisir.

 

Les créations originales demandent beaucoup d'efforts, mais elles en valent la peine, surtout lorsqu'il s'agit du "doux Benjamin"!


 


Voir aussi : Spécial Strange 35 / Interview de Joe Sinnott / Les FF dans nova 177 / courrier du Sp. Strange 12, courrier du Sp. Strange 28, 29 et 30 / Courrier de Fantask 3 / Interview de Stan Lee / Stan Lee raconte les origines du Dr Fatalis / Fiches Super-Héros Spécial Origines 139bis Les FF in Scarce 45 (1) / Stan Lee raconte les origines des FF  /  L'armure et le château de Fatalis 



 
 



Créer un site
Créer un site