Klaus Janson


Retranscription d’un article paru dans le mensuel Nova dans les années 80-90.
 
 

Klaus Janson, encreur et dessinateur de DaredevilKlaus Janson est né à Coburg, près de Francfort, en 1952. En 1957, la famille Janson quitta l’Allemagne pour les Etats-Unis et s’installa à Bridgeport dans le Connecticut.
 
Klaus commença à lire des comics vers l’âge de six ans. Il apprit l’anglais dans les pages de Superman. Deux ou trois ans plus tard, il découpait et collait des dessins qu’il s’appliquait à reproduire.

Sa carrière débuta avec Dick Giordano dont il encra les arrière-plans et les personnages secondaires pendant un an.

En 1973, il entra chez Marvel et encra les dessins de Rich Buckler pour la série "Jungle Action". Depuis, Klaus Janson a travaillé avec beaucoup d’autres dessinateurs dont Frank Miller dont il vient de prendre la succession : en effet, après avoir encré les pages de Daredevil, Janson va en réaliser les dessins.



LUG : Quel effet cela fait-il de passer de l’encrage au dessin ?
Janson : J’ai l’impression de faire un grand bond en avant sans avoir toutefois les deux pieds de l’autre côté. Pendant longtemps, dessiner m’a fait peur. Pourtant, je réalise aujourd’hui que j’adore ça et que j’y prends autant de plaisir que quand j’étais gosse. Mais le dessin est une œuvre personnelle : le plus dur c’est d’avoir à le présenter au public sans se laisser démonter par la critique.


 
 
LUG : Comment travaillez-vous ?
Janson : J’attends toujours d’avoir le scénario complet. Puis je fais une première esquisse sur des feuilles dont le format correspond à celui utilisé pour les "comics". Puis je redonne un coup de crayon. J’essaie de faire des dessins aussi flous que possible mais il m’arrive aussi de faire des contours très précis car tout dessinateur qui se respecte doit savoir faire les deux. Je mets quatre ou cinq heures pour crayonner une planche, ce qui est relativement rapide. Si un dessin me pose des problèmes, je m’inspire d’une photo ou je fais poser un(e) ami(e). J’ai des tiroirs remplis de photos de New-York qui me servent pour Daredevil. L’idéal, c’est de dessiner une histoire entière avant de l’encrer. Mais ce n’est pas toujours possible. Pour des raisons de délais à respecter, il m’arrive d’encrer une page dès que j’en ai fini le dessin. Après le crayonnage, j’envoie mes planches à Joe Rosen, le lettreur.
 
 
LUG : Comment avez-vous trouvé votre style ?
Janson : J’ai été très influencé par les encrages de Dick Giordano et Tom Palmer. A mes yeux, ce sont les meilleurs. J’admire aussi beaucoup Terry Austin. Au début de ma carrière, j’utilisais un pinceau suivant l’exemple de Dick. Puis Neal Adams me fit découvrir la plume. Mon travail actuel est un compromis entre les deux : j’utilise la plume pour les contours et je noircis les zones d’ombres au pinceau, les plis des vêtements par exemple.


LUG : Parlez-nous de vos relations avec les dessinateurs.
Janson : Je formais une excellente équipe avec Frank Miller pour Daredevil. Frank me laissait une entière liberté de création et comme nous aspirions au même résultat, nous nous complétions à merveille. Je suis fasciné par l’évolution de notre travail pendant nos deux ou trois ans de collaboration. J’aimais aussi encrer les dessins de John Buscema. J’ai encré un Conan en noir et blanc, qui est resté un de mes chefs-d’œuvre.


 
LUG : Quels sont vos personnages préférés dans l’univers marvélien ?
Janson : J’ai un penchant pour Hulk et une grande admiration pour Bill Mantlo, Sal Buscema et Joe Sinnott. J’adore l’Araignée (voir l'article du Strange 47 et sa fiche Marvel Universe) de John Romita Jr. Enfin, je suis d’accord avec Neal Adams pour dire que Walt Simonson est en passe de devenir un  "Grand".



 

Voir aussi : Daredevil / Strange 124 / Frank Miller / Strange 125 / Ant-Man chez Lug / Article sur DD in Strange 305 / Dossier DD in Sp. Strange 100 / Interview de Denny O'Neil  La série Daredevil  / Black Panther  /  Strange 139  /  Le Diable rend justice
 

 
 
 



Créer un site
Créer un site