Comics-Lug sur Facebook

 

Iron Man 1 à 115   Partie 2   (Tiré de Scarce 39)



Big M, le chef de la Maggia, vient espionner les usines Stark sous son autre identité de Whitney Frost. Elle tombe amoureuse de Jasper Sitwell - affection d'ailleurs réciproque - et son attaque des usines rate en partie à cause de cela (Iron Man 8). Défiguré dans un accident de voiture subi lors de sa fuite, elle revient au numéro 17 sous l'identité de Madame Masque, aventurière au visage dissimulé sous le métal. C'est sous cette identité qu'elle interviendra désormais dans la série à intervalles réguliers.

Madame Masque alias Whitney Frost
Au numéro 19, suite à un arrêt cardiaque, Tony Stark est opéré. On lui ôte l'éclat d'obus qu'il avait reçu en 1963 et on lui greffe de nouveaux tissus. Bref son coeur est réparé, tout en restant cependant fragile. Remarquons au passage que Goodwin tient compte des progrès de la médecine : la greffe cardiaque, impossible à la création d'Iron Man, était devenue une réalité peu de temps auparavant.


Cette nouvelle donne amène Stark à se chercher un remplaçant (Iron Man 21). Son choix se porte sur un boxeur, Eddie March, qui devient donc le premier Iron Man de substitution officiel (Happy Hogan ayant déjà par le passé endossé l'armure, sans grand succès). Audace pour l'époque : Eddie March est noir (nous sommes en 1969). Evidemment, sa carrière va être de courte durée puisque Eddie a caché à Tony qu'il souffre d'une tumeur au cerveau.


L'épisode suivant est particulièrement dramatique. Iron Man est confronté à une nouvelle Crimson Dynamo et au retour du Titanium Man. Au cours de l'affrontement, Janice Cord est tuée. C'est le premier décès important de la série et un traumatisme non négligeable pour les lecteurs français qui découvrirent la série dans Strange. Jamais jusqu'alors, la petite amie d'un super-héros n'avait été tuée.


Après ce drame, Archie Goodwin semble incapable de redonner une direction au titre, tout en continuant de fournir des scénarios intéressants. La mode de traiter de problèmes contemporains dans les comics (on appelle cela "relevance") atteint Iron Man qui se trouve confronté aux problèmes de la pollution, du racisme et de la pauvreté. Dans l'un de ces récits, le héros affronte son premier adversaire "politique" qui ne soit pas un communiste, the Firebrand.


Pendant un an, du numéro 26 (juin 1970) à 37 (mai 1971), Don Heck est de retour au dessin. C'est une époque de flottement pour la série. Après un numéro écrit par Mimi Gold, le scénario est repris par Allyn Brodsky qui poursuit assez correctement sur la lancée de son prédécesseur et introduit un adversaire mémorable, le Spymaster, ainsi qu'un nouveau personnage secondaire, Kevin O'Brian. Ce dernier est un jeune ingénieur barbu et rouquin remarqué par Stark dans l'une de ses usines et amené à la maison mère. A la même époque, Tony renoue avec une ancienne amie, la blonde Marianne Rodgers.


The Invincible Iron Man 37
Au numéro 37, le scénario est repris par Gerry Conway, qui avait déjà co-écrit les deux précédents numéros. Capable du meilleur comme du pire, Conway ne sera guère inspiré par Iron Man. Avec lui, il faut absolument que tous les amis du héros soient marqués eux aussi par le destin (on retrouve ce défaut dans les Amazing Spider-Man qu'il réalise quelques années plus tard). C'est ainsi que Marianne Rodgers se voit doter de facultés psychiques incontrôlables et que Kevin, après avoir appris l'identité secrète de Tony Stark (Iron Man 37), est doté par lui d'une armure verte qui doit lui permettre d'aider son patron en cas de coup dur (Iron Man 43). Entretemps, George Tuska est revenu au dessin. Malheureusement, il s'applique beaucoup moins que par le passé et la valse des encreurs ne l'avantage pas. Elle se clot d'ailleurs par un mariage infernal avec Vince Colletta qui dure des numéros 44 à 52.
 

 
 
 
 
 



Créer un site
Créer un site