Avant-première    (1ère partie)     Article paru dans le Scarce 43 du printemps 1995.

Iron Fist par John Byrne

Bien avant d'exploser sur X-Men, John Byrne officia sur de petites séries mises en oeuvre par Marvel. Retour sur l'une d'entre elles, Iron Fist, un premier contrat significatif qui contribua sans doute largement à son avènement.




Au début des années soixante dix, les kung-fu fighters crèvent l'écran. Venus d'Extrême-Orient ou "faits maison", ils marquent de nouveaux débouchés pour l'industrie du comic book sensibilisée par le succès phénoménal de films comme Operation Dragon (1973) ou de séries TV comme le célébrissime Kung-fu (1972). La mort de l'acteur Bruce Lee (1973) constitue le point d'orgue qui secouera les Etats-Unis pendant de long mois.


Premier à réagir, Marvel introduit sa première bande consacrée au genre dans les pages de Special Marvel Edition (15 de décembre 1973), bimestriel rééditant jusqu'alors des aventures de Thor puis du Sgt. Fury. Quelques mois plus tard, Shang-Chi master of Kung-fu gagne son propre mensuel, concomitamment au lancement du magazine noir et blanc Deadly Hands of Kung-fu (avril 1974) que se partageront Shang-Chi et une nouvelle bande, Sons of the Tiger. Dès le mois suivant, et résolument implanté dans l'univers Marvel puisque s'installant au sommaire de Marvel Premiere, débarque Iron Fist, sur un concept original de Bill Everett, le créateur de Namor, the Sub-Mariner.




Alors que Shang-Chi est présenté comme le fils de l'infâme Fu Manchu, personnage créé par Sax Rohmer, et puise donc ses sources dans la littérature populaire, Iron Fist, dont les origines nous sont contées dès la première apparition (Marvel Premiere 15) par un Gil Kane époustouflant, tire sa substance de toute la tradition Marvel des super-héros. Car, et contrairement à Shang-Chi, Iron Fist est bel et bien un super-héros. Orphelin recueilli par les habitants de K'un-Lun, une mystérieuse cité qui n'apparaît aux yeux des humains qu'une fois tous les dix ans, il a développé ses talents de combattant avant d'acquérir le pouvoir de l'iron fist qui fait de son corps une véritable arme vivante. Dix ans plus tard, il revient aux Etats-Unis afin d'exercer sa vengeance envers l'assassin de ses parents...


Devenu garde du corps du professeur Wing, fonction qui augure bien de son avenir de "héros à louer" aux côtés de Luke Cage dans la série Power Man and Iron Fist (48-125), Iron Fist connaît quelques aventures mouvementées sous la conduite de Doug Moench, puis Tony Isabella, Pat Broderick succèdant à Larry Hama et Arvell Jones à la planche à dessin. Durant toute cette période l'aspect super-héros de la bande est purement théorique : personnage masqué et pourvu d'une identité secrète, Iron Fist ne fait guère qu'affronter quelques malfrats grand-guignolesques dont les plus typés sont Batroc, le roi de la savate, et Warhawk, un vétéran du Vietnam ayant mal tourné (épisode inédit en France - Marvel Premiere 23), des robots et, chose nouvelle, des ninjas. Peu de son passé est exploré et les supporting characters ne sont de toute évidence là que pour faire tapisserie.


Pourtant, la bande semble avoir un certain succès auprès des lecteurs qui sont invités à retrouver le héros dans les pages de Deadly Hands of Kung-fu 10, dont il deviendra même la vedette principale sous la houlette de Chris Claremont (devenu le scénariste attitré du personnage depuis la parution du Marvel Premiere 23) et Rudy Nebres (19-24), non sans en avoir évincé le maître des lieux, Shang-Chi. Autre marque de l'élan suscité par Iron Fist, la création de son propre mensuel fin 1975 qui installe définitivement John Byrne aux côtés de Chris Claremont.


Fraîchement arrivé chez Marvel pour qui il n'a jusqu'à présent dessiné que quelques couvertures, John Byrne n'a aucune prétention scénaristique et son association avec Chris Claremont va faire merveille. Un peu à la manière des flash backs récurrents de la série TV Kung-fu, le passé d'Iron Fist revient le hanter et K'un-Lun est à nouveau évoqué de manière plus approfondie (Iron Fist 2), K'un-Lun où le jeune novice qu'il était ne s'est pas fait que des amis. On apprend incidemment que son propre père était natif de la mystérieuse cité et que son "protecteur" d'alors est à l'origine de bien de ses problèmes d'aujourd'hui. D'Eden magique, K'un-Lun devient le palais d'intrigues sordides et de rancoeurs inavouées ; et, une fois le voile idyllique déchiré, K'un-Lun apparaît dans toute sa laideur, dirigé d'une poigne de fer par l'auguste personnage de Jade, en fait l'oncle même d'Iron Fist. Lors de toute ces révélations, le personnage se découvre également une soeur, découverte sans lendemain tant Claremont se disperse. Les seconds rôles gagnent en consistance, ainsi Misty Knight et Colleen Wing qui trouvent la consécration en devenant les Daughters of the Dragon des Deadly Hands of Kung-fu 32 et 33 (Chris Claremont / Marshall Rogers) et du Marvel Team-up 64, sans compter nombre de Power Man and Iron Fist.



 

Voir aussi : Byrne et Iron Fist (1) / L'âge de bronze / Chris Claremont / Comic Box 4 / Couvertures de Byrne / Alpha Flight / Gil Kane / John Byrne / Les Champions / Les comics américains / Namor / Sgt Fury and his howling commandos / Spécial Strange / Mike Mignola / Voici venir les Avengers (1) / Mary-Jo Duffy  /  Fiche Power Man  /  Les Nouveaux X-Men
 
 
 



Créer un site
Créer un site