Interview Semic   (parue dans Scarce 43 du printemps 1995)



Strange a fêté en janvier 1995 ses vingt-cinq ans d'existence (n°301). Il nous a semblé qu'il s'agissait du moment opportun pour donner la parole à Semic.

C'est Elisabeth Delannoy qui a bien voulu répondre à nos questions. Entrée depuis 1989 à Semic, elle est l'une des quatre responsables éditoriales de la nouvelle rédaction. "Vieille" fan de bandes dessinées et de comics, ayant déjà travaillé dans l'édition, elle nous livre quelques réflexions sur Semic-France.



Semic, anciennement Lug, a beaucoup évolué depuis le premier numéro de Fantask (1). Comment fonctionne actuellement Semic et combien êtes-vous ?
Nous sommes une vingtaine de personnes environ. En ce qui concerne la rédaction, nous sommes quatre. C'est une équipe jeune différente de celle de Lug.

Comment s'est opéré le passage de témoin entre les deux directions ?
Ca c'est passé plutôt progressivement, mais les choses se sont accélérées avec le départ de Claude Vistel. C'est à partir de ce moment qu'il y a eu une réorientation de la ligne éditoriale. Nous avons tout d'abord essayé de nous diversifier, ce qui c'est traduit par une amélioration des revues, couvertures plastifiées, amélioration des maquettes, résumés au début de chaque revue, etc...

Il s'agit de la forme. Et pour le fond ?
Pour l'aspect éditorial proprement dit, nous avons lancé toute une série de nouveaux produits, Batman Magazine, Lucky Luke, Les Thunderbirds, qui visent un public différent de celui, traditionnel, du comic book. Nous essayons de nouvelles choses, comme le Magazine Anniversaire X-Men. Il y aura d'ailleurs d'autres produits de ce genre.

Ce qui explique aussi le lancement d'une revue de voyage, Cargo, qui vient de sortir ?
Tout à fait. Nous voulons faire quelque chose de nouveau et toucher un autre public. Idem pour les magazines Top Stars, comme celui sur les Flintstones et, en janvier, sur Frankenstein, et Mega Scoop (2). La ligne comics a été créée il y a longtemps. Tout en nous appuyant toujours sur elle, nous voulons faire évoluer les choses.

Et votre bulletin de liaison, Crazy Gang, réservé aux abonnés, entre-t-il aussi dans cette catégorie ? Il est plutôt décevant pour l'instant. Il y a beaucoup plus d'informations dans le Semic Scoop et la maquette est plus agréable.
Ce sont deux formules très différentes dans nos esprits, et le Crazy Gang n'est pas un Semic Scoop bis. Le but du Crazy Gang est d'établir un lien, d'une part, entre Semic et les lecteurs, et, d'autre part, entre les lecteurs eux-mêmes. Nous voulions quelque chose de plus poussé que le courrier des lecteurs et aussi aborder les nouveautés Semic avec une orientation différente. D'ailleurs, les lecteurs eux-mêmes désiraient être plus actifs et donner leur avis d'une manière plus directe. Dans l'ensemble, ils aiment bien cette formule.

Il y a eu une polémique à un moment donné dans le courrier des lecteurs au sujet du Semic Scoop. Certains regrettaient le manque de suspense puisque vous annonciez les événements à l'avance.
Oui, c'est vrai, mais les choses sont rentrées dans l'ordre depuis. En fait, nous annonçons quelques événements mais nous restons assez mystérieux pour ne pas tuer justement le suspense. Nos lecteurs sont alléchés mais n'en savent pas plus.

Vos lecteurs ne lisent-ils que vos publications et pas les titres originaux ?

Dans leur très grande majorité, oui. La portion de lecteurs qui lisent les deux versions est très marginale, ces derniers sont surtout des collectionneurs.

Cela vous permet de "retravailler" certaines planches sans que vos lecteurs le remarquent...
Oh, nous le faisons bien moins qu'avant et généralement toujours à cause de la pagination. Comme vous le savez, nous sommes obligés de passer un certain nombre de rubriques de variétés. S'il manque une page, alors on remonte des planches. Mais cela devient plus rare. Et les lecteurs comprennent parfaitement notre position.

Daredevil a été sérieusement "remonté" à un moment donné. Ce n'était pas pour des problèmes de pagination.
Pour Daredevil, il s'agissait effectivement d'un problème de censure et il fallait faire très attention. Mais je ne travaillais pas encore pour Semic à l'époque et je ne peux donc vous en dire plus.

Et en ce qui concerne les Avengers ? J'ai remarqué, au moins une fois, que vous aviez fondu trois numéro en un seul. C'est plutôt curieux.
Là, c'est en partie pour rattrapper le retard que nous avons par rapport à l'édition originale. Il y a des épisodes un peu bouche-trou qui ne sont pas toujours très intéressants, des "one-shot" qui peuvent se lire indépendamment des autres et dont l'absence ne nuit pas à la chronologie des événements. Ils sont souvent illustrés par un autre dessinateur que celui attitré de la série et sont peu passionnants. Il n'est donc pas utile de les infliger aux lecteurs.

Même vos Versions Intégrales ne sont pas toujours réellement intégrales.
Cela arrive, mais, en fait, les numéros sont repris pour sortir en albums, comme, par exemple, Rescapé du Futur. Ou alors, des numéros faisant partie d'un cross-over avec d'autres séries peuvent passer dans les autres séries (3).

Vous ne publiez pas beaucoup d'annuals non plus.
Non, c'est vrai. Mais, dans l'ensemble, ils ne sont guères passionnants. On ne les sort uniquement que lorsqu'ils sont de bonne qualité ou d'actualité.

Qui choisit les séries et sur quels critères ?
C'est la rédaction qui choisit les séries en fonction du support (périodique, V.I., albums), de l'intérêt de l'histoire, de la qualité des dessins et des personnages. Ce sont surtout ces derniers critères qui nous guident. S'ils sont réunis, et que la série continue de marcher aux Etats-Unis, nous la prenons. Il est inutile de publier un titre qui va s'arrêter dans quelques mois.


Tenez-vous compte également de l'actualité ?
Oui, naturellement. Nous humons l'air du temps, si je puis dire. On attend ainsi avec impatience le film sur l'Araignée, qui est prévu pour 1996.

On risque donc d'avoir beaucoup d'"Araignée" à cette date si le film se fait ! Si les critères que vous venez d'indiquer disparaissent, vous arrêtez purement et simplement la série ?
Naturellement. D'une part, la qualité de nos séries doit être constante. D'autre part, nous sommes sensibles à ce que pensent nos lecteurs et nous tenons compte de leur avis. Si la qualité d'une série baisse trop, nous prenons la décision d'arrêter sa publication, et ce, même s'il s'agit d'une série pilier de la Marvel. Par exemple, actuellement Iron Man baisse beaucoup de qualité et la question de sa continuité se pose. C'est aussi le problème qui s'est posé avec Namor, dont la qualité baissait trop. Idem pour Daredevil et Thor, que nous avons été obligés d'arrêter pour les mêmes raisons. En V.I., la baisse de qualité d'une série est flagrante.

Quitte à reprendre la série plus tard... Quid de la chronologie et de la compréhension des lecteurs ?
Nous faisons en sorte que nos lecteurs ne soient pas perdus et sachent ce qui s'est passé lors des épisodes non publiés. Nous résumons les événements qui se sont déroulés pendant cette période et la reprenons aux numéros qui nous intéressent. On indique aussi à quel stade de son évolution se trouve le personnage et son état d'esprit. C'est ce qu'on a fait pour la V.I. de Hulk, par exemple.

On peut donc espérer revoir Daredevil un de ces jours dans vos publications ?
Certainement. Nous avons déjà décidé son retour pour 1995, mais pas sous forme de V.I. Il sera réintroduit dans une de nos revues régulières. Les lecteurs le redemandent et la mini-série Man Whithout Fear à redoré son blason. On reprendra la série aux numéros qui suivront avec un Top BD qui fera beaucoup de bruit !

Et dans quelle revue sera-t-il réintroduit par la suite ? Strange comme avant ?
Non, dans un autre périodique ! Je vous laisse deviner lequel.

Et Thor ? Reviendra-t-il ? Et où et quand ?
Nulle part dans l'immédiat, sauf si un nouveau cross-over devait faire intervenir la série, comme c'est le cas pour "Blood And Thunder" (4).

Namor est d'un arrêt très récent. Pensez-vous qu'on le reverra un jour dans vos publications ? Mais, surtout, qui lui succédera dans Strange ? Vous restez mystérieux dans le Semic Scoop !
La série a été arrêtée aux Etats-Unis, donc il y a peu de chances qu'on la revoie ! Son remplaçant sera Deadpool (5).

Tenez-vous compte également du critère de popularité d'une série qui marche fort aux Etats-Unis ?
Bien sûr, mais nous avons appris à être prudents. On peut avoir de mauvaises surprises car une série peut plaire au public américain et ne pas marcher en France. Il y a une différence culturelle entre ces deux pays. Cela a été le cas notamment du Punisher, qui se vend toujours très bien aux Etats-Unis alors que le personnage n'a pas accroché en France. C'est la raison pour laquelle nous avons déjà été obligés d'arrêter la V.I.


Les critères de choix pour une revue comme Strange Spécial Origines sont-ils différents ? Est-ce que ce titre un peu particulier se vend bien ?
Il marche très bien. Il nous permet de publier des choses que nous ne pourrions pas passer dans une autre revue. On choisit les histoires en fonction de l'actualité et des autres titres, comme pour le spécial Oiseau Moqueur, paru juste après sa mort, récente, dans les West Coast Avengers.

Quels sont les personnages qui plaisent le plus au public ? Les X-Men et l'Araignée, je suppose.
L'Araignée est, en effet, très populaire. Il s'agissait du personnage préféré des lecteurs, mais, depuis quelques années, les X-Men l'ont rattrapé. C'est un phénomène récent. Serval reste le X-Man que les lecteurs préfèrent. Hulk plaît bien et Cable a été bien accueilli. Nos lecteurs affectionnent aussi beaucoup les New Warriors. On a tenté aussi d'introduire régulièrement des personnages qui sortent un peu des canons habituels comme Moon Knight ou Nick Fury. Cela nous a paru intéressant mais nos lecteurs préfèrent les super-héros plus traditionnels.

Les Avengers sont aussi très contestés.
C'est vrai. Il y a les pour et les contre. Mais il s'agit d'une série pilier de la Marvel et les lecteurs veulent continuer de la lire.

Et Conan dans tout cela ? Il a l'air de poursuivre tranquillement son petit bonhomme de chemin. Allez-vous publier la nouvelle série Conan The Adventurer qu'édite actuellement Marvel ?
Conan est un peu à part dans nos productions. Il touche un autre public, plus âgé, et des collectionneurs. Son lectorat est spécial. Non, à priori, nous ne publierons pas cette série. Il n'y a aucune raison de multiplier les titres de Conan.

Vous n'avez plus de concurrent direct depuis la disparition de Sagédition, Arédit-Artima ou encore Comics U.S.A. (Glénat). Cela doit forcément vous avantager, non ?
Oui et non. Oui, parce que nous sommes les seuls en kiosque et que, par notre intermédiaire, des lecteurs découvrent encore les comics. Non, parce que, étant justement seuls sur le marché, nous sommes devenus trop voyants. Pour la Commission de censure, dirais-je. En kiosque, nous figurons à côté des produits Dysney (Disney Parade, Le Journal de Mickey...) et Spirou. Nos revus apparaissent alors, par contrecoup, plus violentes et plus colorées.

Toujours la fameuse Commission de censure. C'est vrai que vous fonctionnez sous un régime spécial.
Oui, essentiellement pour une question de T.V.A. moins chère et de frais de port réduits. Nous sommes soumis à cette loi en ce qui concerne les périodiques. Nous sommes beaucoup plus libres pour les V.I. et les albums.

La Commission de censure est-elle toujours aussi intransigeante ?
Oui, nous sommes obligés de faire continuellement attention. Nos produits sont très différents des autres revues pour enfants et la Commission y est très sensible.

Va-t-on voir un jour Semic publier du matériel D.C. ? Comme Batman, dont vous publiez la version adaptée du dessin animé, ou Superman par exemple ? C'est ce que vous laissiez entendre si le succès de Batman Magazine se confirme.
Il n'y a rien de fixé. Mais cela peut se faire. Pour l'instant, nous avons choisi de publier la version tirée du dessin animé dans notre habituel souci de diversification et pour suivre l'actualité. Nous visons un public plus jeune, celui des dessins animés. Et aussi un public plus âgé, qui a connu Batman quand il était encore publié en France. Le magazine marche bien d'ailleurs.


A moins que vous ne soyez tentés par les productions Image comme Spawn, Youngblood ou Pitt... si le contrat que vous avez avec la Marvel vous le permet.
Nous avons un contrat qui nous permet de disposer en exclusivité des produits Marvel. Mais nous avons pu publier Batman sans problème avec cette dernière. En ce qui concerne Image, nous pouvons dire que le printemps sera très chaud !(6).

Votre ligne éditoriale actuelle (mensuels ou bimensuels et V.I.) vous donne-t-elle satisfaction ou risque-t-elle de subir des modifications ?
Pour l'instant, non. Nous en sommes satisfaits. La V.I. à l'avantage d'un album. Les lecteurs achètent vraiment l'histoire et les personnages qu'ils aiment. Mais cela fragilise aussi le titre car, si leur intérêt se porte sur une autre série, cela se ressent immédiatement d'un mois à l'autre. Cela peut-être très fluctuant. Mais les revues régulières peuvent aussi ne pas marcher aussi bien que nous l'espérons, comme Spidey à l'époque. Celles-ci nous donnent la possibilité d'introduire de nouvelles histoires, de nouveaux personnages. Il y a aussi une notion de dialogue avec les lecteurs qui n'existe pas dans les V.I. Au niveau des tirages, ceux des périodiques demeurent plus importants.

A propos de tirage, peut-on les connaître ?
Je peux simplement vous dire que le tirage minimum est actuellement de l'ordre de 45.000 exemplaires par mois (pour une revue, bien sûr). On sent une tendance à la baisse dans la presse, mais Semic se maintient bien. Nous sommes contents. Il a même un engouement nouveau et récent pour nos super-héros.

A quoi l'attribuez-vous ?
C'est très certainement dû au fait que nos productions proposent des séries et des personnages qui font rêver, qui ont des valeurs positives, ce qui attire les jeunes dans cette période de crise économique et de morosité ambiante. La plus grosse partie de notre public a entre quinze et dix-huit ans. Ils aiment l'optimisme des personnages, même si tout n'est pas rose pour eux, leur vaillance et leur solidarité. Cela est flagrant au niveau des X-Men. Les lecteurs sont touchés par leur combat, leur humanisme. Claremont a beaucoup fait pour cette série. Mais Scott Lobdell leur plaît aussi beaucoup. Il se situe tout à fait dans la même ligne que son prédécesseur.

Je suppose que vous allez publier Generation X, la toute nouvelle équipe de mutants, née à la suite d'un gigantesque cross-over.
Oui, c'est d'ailleurs un vrai casse-tête à chaque fois que nous publions un cross-over, comme "Starblast" par exemple. On essaye de suivre la chronologie de la série. On a deux solutions : soit la passer dans plusieurs titres, comme pour "Fatal Attractions", soit en albums. Nous comptons publier Generation X, mais pas avant le second semestre de 1995. Ce sera probablement dans Spécial Strange, mais rien n'est arrêté pour l'instant.

Vous n'êtes certainement pas sans savoir que toutes les séries X vont changer de titre pendant quelques mois à la suite d'un événement important dans la vie des X-Men et de leur leader, Charles Xavier. Avez-vous déjà pensé à la façon dont vous allez procéder ?
Of course ! On va sans doute garder les anciens titres pour éviter la confusion auprès des lecteurs. Seules les références américaines changeront.


En ce qui concerne la V.I. 2099, il y a eu du changement dernièrement. Ravage 2099 a disparu au profit de Ghost Rider 2099. D'autres titres de cet univers seront-ils publiés ?
Ravage 2099 était la série la plus faible de l'ensemble, aussi avons-nous préféré l'arrêter. Les lecteurs l'appréciaient modérément. Les épisodes de Ghost Rider 2099 avaient, au contraire, l'air d'être bons et nous avons choisi cette série. Si d'autres titres intéressants sortaient, on pourrait peut-être élargir la gamme de cet univers avec un deuxième magazine. 2099 plaît beaucoup et les lecteurs sont enthousiastes.

Et Nova est enfin passé au grand format...
Les lecteurs demandaient depuis longtemps ce changement de format et il a naturellement été accueilli favorablement. Nova sera renforcé par la publication de Fantastic Force. Il était difficile d'écarter cette série, car elle est complémentaire de celle des Fantastic Four.

Pour terminer, question indiscrète, que pensez-vous de Scarce ?
Il s'est beaucoup modifié et amélioré. Je tire mon chapeau à votre association.

Vous dites cela parce que l'on critique un peu moins les productions Semic que par le passé !
(rires) Mais c'est aussi parce que l'on a fait de gros effort de notre côté ! Il y a donc moins de raisons de nous critiquer.

                                                                           Propos recueillis par Elisabeth Campos



(1) Daté du 5 février 1969
(2) Le Mega Scoop n°3 était un numéro spécial consacré au 30 ans des X-Men. Le n°4 sera un album spécial consacré au mariage de Cyclope et Marvel Girl
(3) L'album Top BD de mars 1995 est ainsi consacré au cross-over "Blood Ties", Liens de sang en français, qui met en scène les Avengers et les X-Men
(4) Publié dans Titans
(5) Deux mini-séries parues à ce jour
(6) D'ores et déjà, nous pouvons vous annoncez les traductions prochaines de WildC.A.T.S. (Jim Lee), Youngblood (Rob Liefeld) et Spawn (Todd McFarlane)



 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site