Comics-Lug sur Facebook

 

Hulk : trois acteurs pour un rôle (tiré de Studio Ciné Live HS 23) Par Sophie Benamon  1ère Partie
 


Hulk de Ang Lee
Depuis le début des années 2000, le superhéros vert de colère a eu trois visages


Eric Bana dans Hulk (2003)


C'est Ang Lee qui, le premier, porta sur grand écran les aventures de Hulk, un discret scientifique ayant réalisé une expérience aux rayons Gamma qui a mal tourné. Le personnage est apparu, pour la première fois, dans le comic The Incredible Hulk, en 1962. Douze ans ont été nécessaires à la préparation du projet. Mais personne, à l'époque, ne s'attendait à ce que le réalisateur de Salé sucré, Raison et sentiments et Tigre et Dragon s'intéresse à l'univers Marvel. Sa capacité à dessiner des personnages schizophrènes à joué en sa faveur.



C'est en voyant Eric Bana dans Chopper, un de ses premiers rôles, où il campe un dangereux criminel, que le cinéaste à eu un coup de foudre pour le comédien. Il le démarcha dès juillet 2001 et dut l'imposer devant d'autres acteurs plus connu qui convoitaient le rôle. Le comédien australien avait, en effet, très peu d'expérience ! Pour Eric Bana, c'était un rêve devenu réalité : "Je suis un fan de la série télé des années 70 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno. Les tourments de Banner m'ont intrigué. Le fait que Hulk soit un héros un peu repoussant m'a attiré aussi. De plus, Hulk ne contrôle pas sa transformation, contrairement à Batman qui va dans sa cave et Superman dans sa cabine téléphonique. Hulk, lui, est submergé".



Eric Bana dans le film Hulk
Pour Eric Bana, la préparation a été complexe. D'un côté, il s'est concentré sur les aspects psychologiques du Dr Banner, "une vraie exploration de l'âme", selon ses termes. De l'autre, il travaille avec les artistes d'ILM pour créer Hulk en images de synthèse. Il répète avec eux les positions, les gestes, les expressions du visage. "Je n'avais encore jamais travaillé sur un film en images de synthèse, explique Eric Bana. C'était comme si je tournais deux films différents. Mais, en même temps, c'était libérateur de n'avoir pas à jouer entièrement la transformation, parce que je n'avais pas à m'arrêter pour subir le maquillage ou enfiler un costume de monstre vert. Cela m'a libéré complètement et m'a permis, en me basant uniquement sur les idées qu'Ang Lee m'avait données, de devenir monstrueux seulement sur le plan émotionnel."



Considéré comme un échec, de la bouche même de son producteur Avi Arad, Hulk faillit stopper la carrière d'Ang Lee. Le cinéaste fut finalement convaincu par son père de retourner derrière la caméra mais jura qu'il ne toucherait plus à un blockbuster. Grand bien lui fit car il a enchaîné avec Le secret de Brokeback Moutain et L'odyssée de Pi qui lui ont valu chacun un oscar du meilleur réalisateur. Pour Eric Bana, se relever de Hulk fut plus difficile. L'échec de Troie envoya le signal aux studios qu'il n'était pas du bois dont on fait les têtes d'affiche de blockbusters. Steven Spielberg lui offrit néanmoins un beau rôle dans Munich. Il a enchaîné avec des projets aussi divers que le film en costumes Deux soeurs pour un roi ou le hit de la SF, Star Trek. On l'attend dans le rôle d'Elvis Presley dans Elvis & Nixon.


 
 
 
 



Créer un site
Créer un site