Comics-Lug sur Facebook

 

Les éditions Artima



Artima est une maison d’édition de bandes dessinées basée à Tourcoing, boulevard Gambetta, dans les années 50 et 60. Son nom signifie "Artisans en imagerie".




Couverture du périodique Vengeur des éditions Artima avec les Vengeurs de Marvel



Cette maison d’édition eut l’idée de publier des fascicules mensuels de BD dans un format 17,5 x 23 cm, dit "à la française" (seuls quelques titres comme Big Boy ou Foxie eurent un format pocket plus petit). Les couvertures, très accrocheuses, étaient en couleurs, l’intérieur en noir et blanc. Chaque titre ciblait un genre particulier : guerre, action et aventure avec Audax, Ardan, Tarou, Vigor, Dynamic, Tempest, Ouragan, Red Canyon, Fulgor, Vengeur, Olympic, Hardy, Mystic, Eclair, Téméraire, Choc et Commando.




La science-fiction et le fantastique avec Meteor (série dessinée par Raoul Giordan), Cosmos (Ray Comet), Sidéral, Aventures Fiction, Spoutnik, Atome Kid, Monde Futur, Big Boy devenu Big Boss. Ces magazines introduisirent en France une partie des DC Comics dont les Francs-Archers (Green Arrow), le chasseur d’hommes de Mars, Adam Strange et le Ranger de l’Espace. De l’humour poétique avec Foxie (courtes fables animalières irrésistibles des DC Comics).


 

 
Les dessinateurs étaient français (Bob Dan, Roger Melliès, Le Rallic, Bob Leguay, Eugène Gire, Gervy, Bild, Brantonne, Raoul et Robert Giordan, Pierre le Goff, Raymond Cazanave, J.P. Decoudun, Gaston Niezab, André Gosselin, Erik…), espagnols (Fernando Fernandez, qui n’avait que 16 ans en 1956, pour Ray Comet et Mr TV, Bayo pour Atome Kid, Francisco Hidalgo, qui prendra plus tard le pseudonyme d’Yves Roy, pour Angel Audaz, Boixcar, Jaime Rumeu…), anglais (Graham Coton pour la Famille Rollinson dans l’espace), néerlandais (Henk Sprenger pour Pilote Tempête et Kick Wilstra, Marten Toonder), et américains (Joe Kubert, Carmine Infantino, Nick Cardy, Murphy Anderson…).
Couverture du périodique Météor, série de science fiction dessinée par Raoul Giordan


 
En 1962, les Presses de la Cité rachètent Artima en difficulté financière afin de pouvoir adapter en bande dessinée leurs nombreux romans (dont ceux de la fameuse collection Fleuve Noir). Commence alors la collection Comics Pocket qui s’en fait une spécialité, mais elle est déviée rapidement pour adapter des comics américains. Les séries éditées sont essentiellement une partie de celles de Marvel dont n’a pas voulu Lug, et la quasi-totalité de celles de DC Comics, à l’exception de Superman et Batman réservés à Sagédition. L’activité d’Arédit dans ce secteur est florissante, avec un très grand nombre de revues différentes éditées, parfois sous l’ancien nom de la société, Artima. Parallèlement, Arédit sort aussi quantité de fascicules destinés aux jeunes filles dans la collection Romantic Pocket ; la plupart des histoires est d’origine britannique. La mention du nouveau propriétaire n’apparaîtra sur les couvertures qu’en mars 1963 et il faudra attendre le mois de mai 1965 pour que le nom Arédit soit indiqué. Petit à petit, les traductions de comics DC puis Marvel prirent le pas sur les créations européennes.


 
Comme pour la plupart des éditeurs de petits formats, les années 80 seront fatales et l’éditeur ferme boutique en 1987. Cependant, des rééditions et des invendus resteront disponibles jusqu’en 1990.

 

 
 



Créer un site
Créer un site