Strange 4, 5 et 6 en PDF                                                                                                                                                                                            Comics-Lug sur Facebook






 

Le monde de l'Araignée (Issu de Strange 54 de juin 1974)Strange 54


 

 

L'étude que nous publions aujourd'hui est extraite du Bulletin de l'Université de Harvard. L'auteur Douglass Peoples étudie le cas Spiderman (L'Araignée).


 

Superman né en 1938 fut le premier des super-héros, et c'est sans doute le plus célèbre. Mais la complexité de sa personnalité ne fut jamais exploitée. Chez Marvel, par contre, l'héroïsme implique la force mais aussi la faiblesse. Tous les héros ont leurs problèmes mais l'Araignée en a plus que tous les autres et c'est ce qui fait son intérêt.


 

Vous connaissez ses origines (reportez-vous à Strange 47). Au début l'Araignée fait des exhibitions, il ne combat pas le crime. Il refuse même d'aider à capturer un voleur, car cela ne le concerne pas. Lorsque ce voleur tue plus tard son oncle Ben, il est envahi par un sentiment de culpabilité qui ne l'abandonnera jamais. Pour se racheter il va lutter contre les criminels, mais cela ne lui apportera aucune gloire. Quoi qu'il fasse il sera critiqué, poursuivi par la haine de Jonah Jameson. Il ne sera jamais l'idole des foules.


 

La grande originalité de ce personnage est qu'il vit sa deuxième identité. Il est Peter Parker et le reste quand il devient l'Araignée. Ses pouvoirs constituent une sorte de malédiction qu'il doit cacher à sa tante malade, et à Betty Brant qui déteste l'Araignée parce qu'il a été mêlé à la mort de son frère.


 

Lorsqu'il revêt son beau costume, l'identité de Peter Parker lui colle à la peau et alors qu'il vole au-dessus de la ville, il pense à sa tante qu'il laisse seule, à ses examens, à ses amis qui ne s'expliquent pas ses absences. Il est tiraillé entre sa mission et son désir de mener la vie normale des adolescents de son âge.


 

Tous ces conflits intérieurs le rendent vulnérable. Or la lutte contre le mal n'est jamais gagnée. C'est pourquoi ses combats ne sont jamais définitivement victorieux. L'ennemi est neutralisé pendant un certain temps, puis il réapparaît après avoir été libéré ou s'être échappé pour préparer se revanche. Car l'Araignée n'est pas invincible. Mais ce sont ses imperfections et les faiblesses humaines de Peter Parker qui en font un héros crédible.


 

Ceci explique les détails familiers de la vie de Peter. Lorsque, sans argent, il met en gage son microscope, le lecteur est ému parce qu'il sait que ce genre de chose peut arriver dans la vie de tous les jours. La peinture de ces réalités quotidiennes lui font accepter la démesure de l'aventure proprement dite.


 

L'Araignée triomphe en restant humain, c'est aussi parfois une créature pitoyable à laquelle on peut s'identifier. Nous tremblons lorsqu'il affronte un redoutable super-vilain, mais c'est la lutte intérieure de Peter Parker qui nous émeut.



 






 
Créé avec Créer un site
Créer un site