Comics Lug


 
 Qui était Lug ?   Glossaire des Comics   Index Alphabétique    CONTACT    
                            

Comics-Lug sur Facebook

 

Album 30 des aventures des Fantastiques publié par les éditions Lug et titré La machination de Fatalis.


La Machination de Fatalis



Album des Quatre Fantastiques n°30 du 2ème trimestre 1983.


Son prix était de 16 Francs et il contient 64 pages.


En couverture, le Docteur Fatalis retient prisonnier les Quatre Fantastiques.


 
 
                                                      Cotations                                                     
N TB B M A
12€ 9,5€ 7€ 5,5€ 2,1€
 
 

En page 2 débute la première partie qui a pour titre "Un plan diabolique !" (Parution US : février 1964 - Fantastic Four 23 - "The master plan of Doctor Doom !").

Au Baxter Building, les Fantastiques sont soudain perturbés par un dinosaure transporté par la machine à remonter le temps du Docteur Fatalis. L’Invisible réussit à le tenir prisonnier d’un champ de force avant que Mr Fantastic ne l’endorme avec de l’éther. Cela va permettre à Richards de le renvoyer à son époque. Puis il s’en prend à Johnny qui devait surveiller toute activité inhabituelle dans la machine et lui reproche de constamment se chamailler avec la Chose. Mais ils ne l’entendent pas de cette oreille et décident qu’il est temps d’élire un nouveau chef. Pendant ce temps, leur pire ennemi, le Docteur Fatalis, recrute trois criminels : Bull Brogin, Harry Phillips et Yogi Dakor. Ils vont lui servir à anéantir les Fantastiques. Cependant, la Chose, la Torche et l’Invisible votent pour savoir qui sera le nouveau leader. Comme à l’habitude, cela se termine en bagarre et c’est Red qui met fin à la pagaille. Dans son laboratoire, Fatalis améliore les capacités naturelles du trio qu’il vient d’engager grâce aux radiations XZ-12. Il décuple la force de Bull Brogin, accroit l’ouïe de Harry Phillips et rend Yogi Dakor invulnérable au feu. Ce dernier prend la Torche au piège dans une voiture ignifugée pendant que la Chose combat Bull Brogin dans le quartier de Yancy Street. A l’aide d’un pistolet à radiations, il rend à la Chose sa forme humaine, ce qui lui permet de le mettre K.O. très facilement. Le Bel Harry Phillips, quant à lui, se charge de Jane. Se faisant passer pour un admirateur, il lui offre un bouquet de fleurs drogué. Méfiante, Jane retient sa respiration. Devenue invisible, elle tente de fuir mais Phillips perçoit ses battements de cœur. Un jet d’éther à raison d'elle. Mr Fantastic est piégé par Fatalis en personne et un robot ressemblant à la Chose. Les Fantastiques se retrouvent prisonniers. Ils arrivent à se libérer de leurs entraves mais Fatalis a tout prévu et leur tentative est un échec. Fatalis a acheté l’entrepôt où ils se trouvent après avoir découvert qu’il était balayé toutes les vingt-quatre heures par une émission d’antiparticules et d’antigravitons, qui va transporter les Fantastiques dans l’espace. Bientôt, la pièce où se trouvent les FF est de plus en plus dissoute par les antiparticules. C’est Jane qui réagit en prenant Fatalis au piège d’un champ de force de l’autre côté du mur. Son sort est dorénavant lié à celui des Fantastiques. Ne voulant pas mourir, Fatalis veut déconnecter l’émetteur d’ions, mais il est trop tard, c’est lui qui se retrouve projeter dans l’espace, tandis que les FF s’enfuient par une trappe.
Le scénario est de Stan Lee et les dessins de Jack Kirby.



La 2ème partie débute en page 25 et s'intitule "La victoire du Dr Fatalis !" (Parution US : Septembre 1964 - Fantastic Four Annual 2 - "The final victory of Doctor Doom").

Les Quatre Fantastiques survolent New-York quand le Fantasticar a une avarie technique. Les FF sont obligés de se poser en catastrophe dans les rues bondées de la Grosse Pomme. Mister Fantastic et la Torche dégagent en toute hâte un passage pour l’engin volant. Après une altercation avec les passants et les réparations effectuées, les Fantastiques redécollent. Ailleurs, dans l’espace, nous retrouvons le Docteur Fatalis attiré vers Jupiter quand un vaisseau inconnu s’empare de lui. A l’intérieur, il se trouve face à un homme qui le menace d’une arme. Le Docteur raconte alors pourquoi il s’est retrouvé à errer dans l’espace, après sa défaite contre les Fantastiques. Son mystérieux sauveur, par un heureux hasard, a également des comptes à régler avec eux. C’est un voyageur temporel qui vient du 25ème siècle mais aussi un criminel qui a commis des forfaits à toutes les époques. Tout cela grâce à une machine à remonter le temps créée par son ancêtre, le Docteur Fatalis ! A l’époque des Pharaons et sous le nom de Rama-Tut, il a combattu les FF qui l’ont exilé dans l’espace. Ils découvrent donc tous les deux avec effarement qu’ils pourraient être le même homme vivant à des époques différentes. Rama-Tut veut s’allier à Fatalis pour vaincre enfin ces maudits Fantastiques. Après concertation, ils décident finalement d'’opérer séparément, car la mort de l’un d’eux mettrait l’autre en péril. Rama-Tut ramène donc Fatalis sur Terre avant de partir pour le futur. Au Baxter Building, Red Richards est préoccupé par Fatalis. Il a le pressentiment qu’il va de nouveau frapper. Et il n’a pas tort, car celui-ci est de nouveau à New-York et déambule dans les rues devant des passants terrifiés. Il se rend à l’ambassade de Latvérie où il met au point un plan avec l’ambassadeur pour détruire les Quatre Fantastiques. Pendant que Red et la Chose testent une nouvelle soudure pour les capsules spatiales de la NASA, Jane fait irruption avec une invitation de l’ambassade de Latvérie. Le soir même, ils sont reçus à la réception que donne l’ambassadeur de Latvérie. Ils ignorent que le monarque de ce petit état n’est autre que Fatalis. Détendus, ils boivent le cocktail qu’on leur offre, sauf Mr Fantastic qui reste sur ses gardes. Bien lui en prend, car l’ambassadeur rend compte à Fatalis du déroulement de la soirée et ce dernier lui demande si les Fantastiques ont bu leur boisson spéciale. Celle-ci a pour effet de leur donner des hallucinations contrôler par Fatalis. La Torche  se bat avec la Chose, la Chose croit s’en prendre à la Torche et Jane Storm voit Red dans les bras d’une autre femme. Le clash véritable a lieu quand ils se retrouvent en chair et en os. Sous les yeux de Fatalis, les FF s’entredéchirent. Mail il n’en a cure, il est obnubilé par la seule chose qu’il ne retrouvera jamais : son visage qui le révulse. Le bruit du miroir qui se brise attire l’attention de Red et Jane. Se ruant dans la pièce, ils se retrouvent face au machiavélique docteur. Jane l’éjecte par la fenêtre grâce à un champ de force. Red explique à Jane le stratagème de Fatalis pour les contrer. Mettant Ben Grimm et Johnny Storm au courant, tous les quatre se retrouvent au Baxter Building. Fatalis les y attend. Mais il est protégé par un champ de force, que Mr Fantastic a tôt fait de désactiver. Sous le choc, Fatalis est alors vulnérable. Il accepte finalement un duel avec l’encéphalo-fusil. Une arme qui donne la victoire à celui qui possède les plus grandes capacités intellectuelles, le perdant  étant projeté dans un espace intemporel. Victor Von Fatalis remporte ce duel. Enfin, c’est ce qu’il croit. En fait, Red a utilisé la propre boisson de Fatalis et lui a donné l’illusion de la victoire. Fatalis quitte alors les Fantastiques, fier de sa supériorité intellectuelle.
Stan Lee est toujours scénariste et Jack Kirby dessinateur, l'encrage étant de Chic Stone.
 

 
La troisième histoire (page 50) de cet album est "La Torche Humaine face à la bombe vivante" (Publication US : septembre 1963 - Strange Tales 112 - "Human Torch-The living bomb").

Par un bel après-midi d’été, la Torche sillonne le ciel de New-York. Il fait le pitre pour se faire remarquer des badauds, mais cela n’a aucun effet sur eux. Les gens ont plutôt l’air de lui en vouloir. La Torche ne comprend pas. De retour au Baxter Building, il apprend de la bouche de sa sœur Jane que le présentateur télé Ted Braddock n’a cessé de ruiner sa réputation. Il dit de lui qu’il n’est qu’un gamin prétentieux cherchant à se mettre en vedette et n’ayant aucun sens des responsabilités. En fureur, Johnny se rend dans les studios TV et interrompt l’émission de Braddock. Sous la colère, il s’embrase devant les caméras. Les téléspectateurs assistent à sa colère, ce qui a pour effet de les convaincre de la justesse des accusations de Braddock. Le soir, l’Anguille pénètre avec effraction dans le laboratoire de l’inventeur Charles Lawson et dérobe une sacoche estampillée Projet X. De retour dans son repère secret, il ouvre la sacoche. Il y découvre un mécanisme inconnu. Il espère que son receleur, Moxie Gahagan, lui prendra à un bon prix. Il apprend à l’Anguille qu’il s’agit en fait d’une mini-pile atomique, qui une fois exposée à l’air, doit être désamorcée dans l’heure, en abaissant un levier, sinon c’est l’explosion atomique ! La Torche part donc à la recherche de cette bombe humaine avec l’aide de Charles Lawson qui lui a procuré un appareil lui permettant de pister l’Anguille. Johnny repère son hélicoptère, qui vient de déposer la pile atomique dans un bois désert. Ignorant ce fait, la Torche veut à tout prix savoir où se trouve la pile. L’Anguille n’est pas de cet avis et le combat commence. Vaincu, le super-vilain finit par avouer qu’il a caché la pile au sud de la forêt, dans un endroit désolé où l’explosion ne tuera personne. Malheureusement, un policier lui apprend qu’il y a là-bas un hôpital d’anciens combattants. La Torche s’y précipite et projette la bombe, qui explose loin dans la stratosphère pendant qu’il en absorbe la chaleur. Inconscient, il retombe inexorablement vers le sol. Il est sauvé par Red, Jane et Ben à bord du fantasticar. Au Baxter Building, Mr Fantastic l’installe dans une machine lui permettant de revitaliser ses cellules irradiées pendant que dans les studios de Glenville, Braddock apprend à ses téléspectateurs que la Torche a risqué sa vie pour sauver un hôpital, un établissement dans lequel son propre fils est hospitalisé. Il fait alors son méa-culpa avant d’apprendre, médusé, que la vie de Johnny ne tient plus qu’à un fil. La nouvelle attriste tous les honnêtes citoyens et réjouit les malfrats. Mais un second bulletin annonce que le rayon de Red Richards a sauvé la Torche. La joie éclate alors dans tout le pays.
Scénario de Joe Carter, dessin de Dick Ayers.




 


Voir aussi : Hommage à Jack Kirby, la collection Une Aventure des Fantastiques, les Nova 72, 85 et 90, le Scarce 46 et les Strange Spécial Origines 178bis, 199bis et Les "comics" américain, Spécial Strange 35, Les 30 ans des Fantastiques, interview de Joe Sinnott, courrier de Fantask 3, Interview de Stan Lee, Marvel 1, Fantastic Four l'intégrale 1968, La série "What If...?", Le Maître des Maléfices, L'Etranger, Strange 124, Stan Lee raconte les origines du Dr Fatalis , Fiches Super-Héros Spécial Origines 139bis , Les FF in Scarce 45 (1) , Il était une fois quatre (3) , Kurrgo et les Terrifics
Stan Lee raconte les origines des FF   Spidey 63    Fiche de l'Invisible   Il était une fois quatre (Fin)  L'armure et le château de Fatalis 
 





 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site